Photographie » Pratique » Comparaisons et tests » Sekonic L-308

Le flashmètre Sekonic L-308 est utilisé en studio, mais on peut le trouver de nombreuses applications pratiques. Ce type de flashmètre est un des plus utilisés dans le monde.

L'utilisation d'un posemètre est décrit sur cette page. On y décrit également les avantages d'un posemètre ou d'un flashmètre. Il y a peu d'évolution dans le marché des posemètres et je recommande de chercher un posemètre d'occasion sur eBay ou un autre site de vente.

Les posemètres modernes comme le Sekonic L308 indiquent soit la valeur d'exposition (EV), ou bien le diaphragme (à partir d'un temps d'obturation choisi). Ces posemètres automatiques sont à recommander en comparaison des posemètres manuels!

Lors de la mise en route, l'appareil indique pendant une seconde l'état de la batterie. Une fonction que tous les appareils devraient avoir!

L'exposition d'une photo dépend de 4 paramètres:

On commence par indiquer la valeur d'ISO à laquelle on veut travailler. C'est très simple: appuyer sur le bouton d'ISO, et puis utiliser les boutons + et -. Après une mesure, on peut modifier la valeur d'ISO et l'appareil recalcule automatiquement les paramètres. C'est interessant si on a par exemple choisi une valeur d'ISO trop basse et qu'on n'arrive pas au temps de pose ou au diaphragme souhaité.

Il en va de même quand on modifie le temps de pose: l'appareil recalcule automatiquement l'ouverture sans qu'il ne soit nécessaire d'effectuer une seconde mesure. Ici aussi on utilise les boutons + et -.

L'indication du diaphragme est la valeur de sortie. L'indication s'effecute en valeurs standardisées (donc 1, 1.4, 2, 2.8, 4, 5.6, 8, 11, 16, 22,...) avec des dixièmes. Pour ceux qui ne sont pas habitués à cette façon de travailler: il faudra vous y faire, c'est la seule méthode qui existe. Le passage à la valeur suppérieure indique une réduction de la lumière de moitié. Une ouverture de ƒ/5.6 laisse passer la moitié de la lumière d'une ouverture de ƒ/4. L'avantage de cette mesure standardisée, est qu'elle fonctionne avec toutes les optiques.

Exemple pratique

On te demande de photographier dans un bureau. L'usage de flashes est interdit. Ton optique a une ouverture maximale de ƒ/2.8 et tu dois travailler à du 1/125 pour éviter les bougés. Sur quelle sensibilité dois-tu régler ton appareil photo?

Tu peux maintenant prendre une décision en connaissance de cause: est-ce que les photos n'auront pas un bruit de fond trop important? Devrais-je plutot utiliser un statif et augmenter le temps d'exposition?

Pour le shooting, tu fixes le temps d'exposition et la sensibilité et l'appareil photo réduira automatiquement le diaphragme s'il y a trop de lumière. Tu peux être certain que l'appareil photo n'augmentera pas le temps de pose ou le gain, car tu as déjà introduit les valeurs-limites.

Dans cette situation (et dans de nombreuses situations similaires), l'utilisation d'un posemètre permet d'obtenir des résultats plus consistants qu'en se basant sur un fonctionnement automatique de l'appareil photo. En mode manuel, tu peux être sûr que toutes les photos seront exposées identiquement.

Pas compliqué,
même en chinois:

Surexposer
d'un tiers de stop,
d'un demi stop...

Le posemètre est surtout utilisé comme flashmètre en studio. Il mesure la lumière du flash et détermine l'ouverture à utiliser. Le réglage de la puissance des flashes est manuel et l'appareil photo ne peut pas réagir à l'apport de lumière supplémentaire. L'appareil photo doit donc nécessairement travailler en mode manuel.

Flashmètre Sekonic L-308

L'invercone (lumidisc chez Sekonic) est utilisé pour une mesure de la lumière diffuse (mesure normale).

Pour une mesure spot on déplace l'invercone et on fait apparaitre la cellule, qui a un angle d'ouverture d'environ 5°.

Pages qui selon Google pourraient vous interesser