Photographie » Pratique » Quelles fonctions utiles

Megapixel et hyperzoom

Il est un fait que les appareils photos ont chaque année un nombre de pixels plus important. La raison n'est pas technique mais purement commerciale: comment vendre un bon appareil photo, s'il n'a que 5 megapixel? Alors que 5 megapixels suffisent amplement: aucune optique d'un compact n'est en mesure de fournir une image suffisamment nette pour justifier un nombre plus important de pixels.

En achetant un appareil photo, tu dois suivre le marché. Si tu achètes un appareil avec un nombre relavement faible de pixels, tu risque d'avoir affaire à un appareil de très bas de gamme qui ne te donnera aucune satisfaction.

Si tu n'as qu'un budget limité, il vaudrait mieux acheter un bon appareil d'occasion (par exemple un Canon 40D avec une bonne optique, au minimum EF 28-135 ƒ/3.5-5.6 USM) qu'un appareil récent avec un superzoom qui ne vaut rien (Canon 500D ou 1000D avec le superzoom EF 18-200). Tu remarqueras que le prix des optiques diminue très peu au fil des années. Une bonne optique reste une bonne optique, et les progrès d'une année à l'autre sont minimaux.

La plupart des appareils compacts utilisent un bouton-poussoir pour commander le zoom. L'optique peut ainsi être très compacte (les appareils de base sont équipés d'un système "varifocal" plus simple que le système "afocal" des appareils haut de gamme). Le système varifocal n'est possible qu'avec les appareils avec commande électrique, car le changement de la position du zoom engendre un changement dans la mise au point. Les photographes préfèrent cependant le toucher d'une vraie bague de zoom qui permet une maniement plus rapide et précis.
Il est évident que même mon appareil compact dispose d'un réglage du zoom manuel!

Quelles fonctions sont utiles?

Selon les magazines consacrés à la photographie, le dernier appareil sur le marché est bien meilleur que l'appareil qui est sorti il y a trois mois. 15 millions de pixels! Un zoom de 12×!

Mais quel crédit donner à cet article en page de gauche, alors qu'à droite tu vois une réclame pour... eh oui, juste par hasard pour le dernier modèle de la gamme. N'oublies pas que les magazines vivent de la publicité plus que des revenus de la vente. Certains magazines ont déjà fait le saut et sont offert gratuitement.

De plus, les tests effectués correspondent très peu à la réalité: personne ne photographie des mires dans un environnement controlé. Le vrai photographe travaille dans des circonstances totalement différentes et bon nombre de photos mettent la dynamique du capteur à rude épreuve.

Les annonces placées sur ce site me servent à payer une partie des frais de fonctionnement. Je ne vis pas des annonces et je pourrais éventuellement m'en passer. Que je parle en bien ou en mal d'un produit, cela n'a que peu d'influence sur mes revenus (Google compte simplement le nombre de clicks).

Hotshoe

Les compact haut de gamme et les reflex disposent d'un hotshoe (griffe porte-flash) qui est une connection standardisée du flash. Le flash se monte sur l'appareil photo grâce à un étrier adapté. Un flash externe t'offre plus de possibilités que le minable petit flash intégré.

Le terme anglais "hotshoe" date des débuts de la photographie où il y avait une tension importante sur les contacts du flash. Maintenant, tous les flashes, même les plus simples, travaillent avec une tension de déclenchement de 5V.

Certains flashes sont tellement dépendant de la marque, qu'ils ne peuvent pas être utilisés avec des boitiers d'une autre marque. Le cas qui me vient directement à l'esprit est le Sony HVL-F32X (le comble pour un flash qui coûte plus qu'un appareil compact!). La forme de l'étrier est standard, mais le contact de déclenchement manque! Les boitiers Sony ne peuvent pas non plus déchencher les flashes de studio (l'émetteur qui se monte sur l'étrier ne reçoit pas de signal).

Les deux appareils ont tous deux un étrier: le premier date des années 70 et n'a qu'un contact de déclenchement, le second en a plusieurs: le boitier controle la puissance du flash en temps réel.

Un étrier porte-flash permet aussi le montage d'une télécommande pour déclencher les flashes d'un studio.

Exposure lock

Une fonction qui est souvent méconnue, même des photographes professionels!

Les apapreils numériques ont une lattitude de pose relativement limitée. Les parties claires ont tendance à provoquer un dépassement de capacité du capteur (overflow) qu'il n'est pas possible de corriger par après et les parties sombres contiennent un bruit de fond important. Il est donc capital que l'exposition soit correcte.

Un appareil photo a deux automatismes importants: la mise au point (autofocus) et l'exposition. La mise au point se fait en appuyant l'obturateur à moitié. La mise au point reste bloquée et il est possible de recadrer l'image. Mais il est aussi possible de bloquer l'exposition: cela est important en cas de mesure spot (seul 5% au centre de l'image est employé pour la mesure). Normalement le réglage de l'exposition s'effecute juste avant la photo (donc pas simultanément avec la mise au point) sur l'endroit qui se trouve à ce momment au centre de l'image. En appuyant sur la touche * on produit une mesure de l'exposition, qui reste en mémoire pour la photo suivante.

Utilisations pratiques:

Il est dommage que les fabricants n'ont pas donné plus d'importance à cette fonction. Il est souvent difficile de l'utiliser:

Pages qui selon Google pourraient vous interesser