Photographie » Pratique » Studio en extérieur

J'ai sélectionné deux endroits où vous pouvez faire des shootings en extérieur avec des flashes de studio sur batteries: le Fort de la Chartreuse à Liège et un endroit un peu moins connu, un ancien charbonnage à Hensies.

Les flashes de studio sont des Jinbei 600 qui sont suffisamment puissants pour éclairer une très grande salle. La puissance se remarque aux paramètres utilisés pour les photos: ƒ/2.8, 1/128 et ISO 50 à 200 (le flash à puissance minimale).

J'ai une installation avec deux têtes de flash, mais je n'en utilise qu'une en déplacement. je n'ai jamais eu le besoin d'utiliser la seconde tête, surtout que le cable d'alimentation est vraiment très court et limite ta créativité. J'utilise la tête avec le diffuseur fourni d'origine, une boite à lumière est très encombrante en déplacement.

Le Fort de la Chartreuse est idéal s'il y a beaucoup de lumière. Le soleil entre par les grandes ouvertures (on ne peut plus vraiment parler de fenêtres) et on peut utiliser la réflection du soleil sur les murs pour éclairer le modèle. Si le soleil n'est pas dans la bonne position on peut utiliser un petit réflecteur (il faut alors un assistant).

L'avantage de Hensies, c'est qu'on peut parquer juste à l'entrée. Les batiments sont en très mauvais état, mais les flashes donnent un effet spécial aux lieux.

Dès qu'il n'y a plus de soleil, tout est terne. Terne et verdâtre, car à cause de la végétation qui a pris de l'ampleur on a des réflections vertes un peu partout. Il est possible d'éliminer le ton livide en post, mais c'est un pis-aller.

Utilisation de flashes normaux commandés à distance

Vous disposez déjà d'un flash externe? Vous pouvez l'utiliser en flash déporté, mais il vous faut quelques accessoires.

Il faut tout d'abord une télécommande. Oubliez l'infra rouge (il y a encore quelques flashes qui travaillent en infra-rouge, mais tous les flashes récents utilisent les ondes radio). Le Canon Speedlite 580 est remplacé par un modèle équivalent qui est radiocommandé.

Il vous faut un petit diffuseur, car la lumière du flash est vraiment très concentrée. Et dès que vous utilisez un diffuseur ou une petite boite à lumière, il vous faut un statif pour monter le flash.

Vous avez maintenant votre installation, mais comment peut-on la comparer à un vrai flash de studio sur batteries?

Vous pouvez augmenter le nombre de flashes que vous utilisez: soit vous utilisez des flashes de la marque de l'appareil photo pour pouvoir régler la puissance (mais cela devient rapidement fort cher), soit vous utilisez des flashes génériques, mais dont il faut régler la puissance (si c'est possible) sur le flash même.

Si vous voulez travailler comme un pro, il faut utiliser des flashes de studio su accus.

Réglages sur l'appareil photo

Les réglages sur l'appareil photo correspondent au réglages en studio, sauf qu'on va également utiliser une partie plus ou moins grande de lumière ambiante. On travaille donc en mode tout-manuel, avec valeur d'ISO bloquée à 100 ou 200, temps de pose fixe de 1/125 et ouverture fixe, par exemple ƒ/4.

Réglez tou d'abord la puissance du flash par rapport à l'environnement (faites des photos de test), puis réglez l'exposition sur l'appareil. Vous avez la portée la plus étendue en jouant sur le diaphragme (de ƒ/2.8 à ƒ/8 ou encore plus petit). Il n'est pas possible de jouer beaucoup avec le temps de pose: plus lent que 1/60 et vous risquez d'avoir du flou (il vous faut un trépied pour l'appariel photo) et plus rapide que 1/250 n'est pas possible avec la plupart des reflex à rideaux (voir lien en bas de page). Vous pouvez utiliser une valeur d'ISO de 50 à 3200 sans bruit de fond notable (avec un Canon 5D Mk IV).

En pratique

J'utilise les flashes de studio sur accu de Jinbei. L'unité peut commander deux têtes de flash, mais je n'en utilise qu'une, cela réduit un peu le poids que j'ai à transporter.

Je n'utilise pas de boite à lumière, mais le diffuseur qui est fourni d'origine avec le flash. La boite à lumière est encombrante en déplacement. Contrairement au travail en studio, toute la lumière ne vient pas du flash: il ne sert que d'appoint et un softbox ne donne pas le type de lumière que je veux. Si l'apport de lumière externe est faible, j'utilise un mur comme réflecteur naturel.

Un trépied peut être interessant, mais cela dépend de l'endroit. J'en ai besoin au Fort, mais pas à Hensies. Dans le doute, prenez-le avec.

La batterie suffit amplement pour un shoot de 3 heures avec utilisation régulière de l'éclairage continu et flash à puissance faible à moyenne. A la fin du shooting, la batterie était encore chargée aux 3/4 mais l'indicateur de niveau ne me semble pas très fiable (c'est une sorte de voltmètre avec 4 niveaux).

J'ai utilisé l'éclairage continu du flash pour aider à la mise au point, qui est hésitante s'il y a peu de lumière (même avec une optique lumineuse comme la EF 70-200 ƒ/2.8.3). A Hensies, dans certaines salles, le flash produisait 98 à 99% de la lumière.

J'ai utilisé le flash même dans des lieux suffisamment éclairés pour produire un rayon plus concentré. Il y a de grandes baies par où la lumière entre et cela fait l'effet d'un grand softbox, mais c'est un effet que je n'aime pas nécessairement. Je peux avoir un meilleur effet en plaçant le flash près de la baie. Le modèle reçoit à la fois de la lumière diffuse par la baie et un rayon concentré du flash.

Ne vous placez pas à coté des flashes. Les flashes vont écraser tout le relief. L'avantage des flashes distincts est totalement perdu, vous auriez tout aussi bien pû utiliser un petit appareil compact avec flash intégré.

Pour la même raison, ne pas éclairer le modèle frontalement, mais de coté. Il faut alors qu'il regarde vers la lumière. Les dernières photos (dans l'escalier) montrent l'effet d'un flash frontal: on dirait une photo d'identité.

La portée de l'émetteur est de plus de 10m en vue directe, mais le flash ne fonctionne parfois pas à travers des murs. C'est compréhensible dans le fort dont les murs sont très épais, mais moins à Hensies.

Exemples en photo

Photos 1 et 1a (photos sans flash):
ƒ/2.8 1/100 500 ISO
La première photo est non-retouchée et le modèle a un teint verdatre causé par la végétation. L'effet est inévitable car il y a des buissons et des arbres tout autour des batiments. Monter d'un étage ne sert à rien non plus. Il ne faut pas y aller en hiver quand les arbres ont perdu leurs feuilles, car le vent traverse tout le batiment. La seconde photo est la photo retouchée, où le vert est transformé en jaune-orangé.

Quand il y a du soleil, cela vaut la peine de l'utiliser comme source de lumière principale, avec une réflection de la lumière sur un mur ou sur le sol (photo ci dessous). Le solel est chaque jour différent et permet de nombreux jeux de lumière.

Photo 2:
ƒ/2.8 1/125 200ISO
un exemple typique ou la lumière ambiante produit un liseré (il s'agit d'un contre-jour), tandis que le flash éclaire le modèle. Sans flash, le modèle ne serait visible que comme une silhouette noire.

La combinaison inverse n'est pas interessante: c'est le flash qui produit la lumière la plus équilibrée et qui peut aisément être adaptée. Le liséré est le plus réussi s'il provient d'une source diffuse (comme ici une grande baie à gauche et à droite).

Photos 3 et ci-dessous:
ƒ/2.8 1/125 200 ISO (les deux photos)
Un exemple où le flash se trouve à un autre étage. Il s'agit d'un test (jeu d'ombre) qui donne une idée du placement du flash. Faites que le modèle regarde vers le flash pour éviter les ombres sous les paupières (surtout si la lumière vient du haut).

Photo 4:
ƒ/2.8 1/125 50 ISO
Charbonnage de Hensies, lumière d'un seul flash avec diffuseur d'origine. Je voulais une image avec un jeu d'ombre et de lumière aussi défini que possible.

Sans flash Avec flash de studio

Voici encore un exemple (test), le mur à l'arrière plan reçoit trop de lumière quand le flash fonctionne. Pour les photos suivantes, j'ai mis le modèle plus loin du mur pour qu'il reçoive plus de lumière (meilleure séparation du modèle et du mur). Le résultat est visible sur la photo 2 (avec le t shirt Gymshark). Les réglages sont restés les mêmes: ƒ/2.8, 1/125 et 100ISO (porté à 200ISO pour la photo définitive).

A lire également

Réglages sur l'appareil photo quand on utilise des flashes de studio et pourquoi on ne peut pas utiliser de temps de pose trop court avec des appareils reflex.

Le travail en studio et le placement des sources de lumière, avec l'éclairage Rembrandt.

Description du Jinbei 600.

Le Fort de la Chartreuse et le charbonnage à Hensies.

La photographie strobiste ou l'utilisation de flashes externes télécommandés avec des boites à lumières ou des réflecteurs.

Un studio en extérieur
avec un flash de studio sur batteries

1

1a

2

3

4

Pages qui selon Google pourraient vous interesser