Photographie » Pratique » Studio

En hiver, la seule façon de continuer à faire des shootings, c'est de se rabattre sur un studio. Le grand avantage d'un studio de photographie, c'est qu'on n'est pas dépendant des conditions climatiques. Pour cette raison, la plupart des shootings commerciaux se font dans un tel studio. Pour un modèle-photo, il est donc important d'avoir une expérience en studio.

Informations pour modèles-photo

Nous organisons régulièrement des shootings en studio (cela fait partie de la formation que donne Belgium Model Academy). Notre but n'est pas seulement de réaliser des shootings, mais aussi de donner une formation minimale aux jeunes qui désirent devenir mannequin. Cette formation est gratuite. Plus d'information pour l'asbl Belgium Model Academy.

Le but ici est d'apprendre les bases du travail en studio. Le travail sur un plateau de photographie est statique et se concentre sur les poses à prendre, le choix et l'utilisation des vêtements. Trop souvent je vois des photos banales où le modèle ne se démarque pas.

Mais des informations pratiques sont aussi données à la demande des modèles: pourquoi un flash de studio a-t-il une lampe pilote? A quoi sert un softbox, une grille, comment profiter de la lumière,... Un photoshoot en studio est surtout affaire de technique.

Nous travaillons dans un vrai studio de photographe professionel, équipé de tout le matériel.

Table des matières

La réalisation pratique
Comment peut-on réaliser un studio de photographie? Avec quoi faut-il tenir compte? Un mur blanc ou un mur noir? C'est quoi un fond infini ou cyclorama?

Eclairage continu
L'éclairage continu (par exemple avec des lampes de chantier) est idéal pour commencer. Le grand avantage est qu'il permet de voir à quoi la photo ressemblera. La plupart des appareils photo numériques de bonne qualité ont un capteur suffisamment sensible pour pouvoir travailler en lumière continue (à condition que l'optique soit sufisamment lumineuse). Il faut parfois prévoir un statif pour éviter le bougé.

Stabilisation de l'alimentation des lampes (éclairage continu)
L'effet pratique des sources lumineuses est décrit ici.

Les flashes de studio
Description générale des flashes de studio: comment ils fonctionnent, comment régler l'appareil photo, etc.
Quelle est la différence entre un flash bon marché et un flash super-cher?

Les flashes de studio sur batteries
Les flashes de studio sur batterie combinent les avantages des flashes de studio (puissance et possibilités) avec ceux des flashes de reportage (installation mobile).

Les fonctions utimes
Les fonctions utiles dont disposent les flashes de studio. Les fonctions sont plus ou moins utiles, mais un flash plus perfectionné est souvent plus cher et dispose parfois de fonctions qui ne seront jamais utilisées. Mieux vaut choisir un flash adapté à ce qu'on compte en faire.

Les accessoires des flashes
Nous décrivons les accessoires qui modifient la lumière des flashes: boite à lumière, réflecteurs, etc. Certains de ces accessoires peuvent servir indépendamment du flash de studio (par exemple cadre transparant filtrant, qui peut aussi bien être utilisé en lumière continue.

L'illumination de la scène (page index)
L'illumination est le placement des sources lumineuses (flashes de studio et/ou des réflecteurs). C'est le placement des lampes qui détermine au final le rendu: une image plate et terme, une image où le modelé est bien visible ou une image avec des ombres trop denses.

Les réglages
Les réglages sont décrits ici: aussi bien ceux des flashes que ceux des appareils photos.

Jouer avec les couleurs
L'utilisations de filtres (gels) pour créer des effets spéciaux. Nous terminons par un exemple concret: le réglage de l'appareil photo en mode "éclarage incandescent" et l'utilisation d'un filtre CTO.

Utilisation d'un posemètre
Le posemètre ou flashmètre permet de déterminer rapidement l'ouverture à utiliser pour une puissance donnée (le temps de pose et le gain (ISO) étant fixe. Il permet en plus de déterminer aisément la pussance relative de différents flashes.

A l'époque…

Comment se déroulait un shooting avant l'arrivée des appareils numériques? Quand j'ai commencé, il y avait très peu de photographes amateurs travaillant avec des modèles. Pas de sites de contacts, pas d'appareils numériques permettant d'évaluer directement les photos, le travail de photographe de mode était exclusivement affaire de professionels. Si un modèle désirait la réalisation d'un book, il se rendait chez un photographe ayant pignon sur rue. Le photographe réalisait quelques clichés dans son studio, et c'était tout. Un shooting à l'extérieur pour la réalisation d'un book ne s'imaginait même pas! Le terme de book n'était même pas utilisé.

L'utilisation de la photos instantanées (Polaroid) pour tester l'exposition est décrite sur cette page. Techniquement, il n'y avait pas de problèmes en ce qui concerne l'exposition correcte grâce au fait que le film a une latitude de pose plus étendue (un négatif permet une sous- ou sur-exposition sans que ce soit visible sur les tirages). Par contre, il n'est pas toujours possible de se rendre compte de l'image finale (la lumière des lampes-pilotes ne donne qu'une estimation de l'effet des flashes). Après le réglages des flashes et le placement du modèle, on faisait une mesure avec le posemètre et on prenait une photo instantanée (Polaroid). Si la photo était bonne, on prenait la photo définitive. Le travail se faisait souvent avec un moyen format 120 et 220 qui fait plus professionel et surtout permettaient l'utilisation d'un dos classique (avec une bobine de film) ou d'un dos Polaroid.

Placement des flashes

Quelques exemples de contre-jour sont donnés ici.

Il n'y a en fait qu'une seule règle importante: ne place pas l'éclairage trop près du modèle pour éviter l'effet de distance désastreux. C'est un effet qui n'est absolument pas naturel (ce type de lumière n'existe pas dans la nature). En cas de lumière rasante, un côté est sur-exposé et en cas de lumière frontale le nez est trop clair. Bon nombre de personnes sont habituées à ce genre de photos et ne remarquent pas la faute. Mais place cette photo à côté d'une photo correcte, et l'erreur saute aux yeux.

Flash frontal

La première photo montre un éclairage équilibré, mais qui ne met pas le modèle en valeur. La lumière diffuse efface tout le contraste et le relief. L'image est plate et sans intérêt. Et pourtant, combien de photographes de studio, qui se disent professionels, ne se limitent pas à ce style de photographie. Deux grands softbox et c'est tout.
Flash latéral

L'utilisation de la lumière rasante (flash avec grille en nid d'abeille) donne plus de relief. Un petit flash supplémentaire équipé d'un snoot est recommandé pour légèrement illuminer le visage d'Antonio (mais je n'avais plus le temps). Il s'agit d'un exemple des nombreuses possibilités qu'offre un studio.

Lumière continue

Voir article détaillé: éclairage continu. Les studios sont de plus en plus souvent utilisés pour des enregistrements vidéo, et alors un éclairage continu de qualité est primordial.

La lumière halogène (incandescence) peut être utilisée comme source d'éclairage continu dans le studio. Les appareils deviennent de plus en plus sensibles et les optiques de plus en plus lumineuses, ce qui fait que le travail en lumière continue est devenu courant.

Pour débuter, il est même possible de travailler avec des lampes de chantier, cel permet de voir exactement l'effet du placement des lampes.

Un inconvénient des lampes à incandescence et des lampes halogènes, c'est leur mauvais rendement: ces lampes produisent plus de chaleur que de lumière. On ne peut pas les utiliser dans des boites à lumière, la toile risquerait de fondre.

On trouve maintenant surtout des lampes fluorescentes compactes dans les lampes de studio à éclairage continu. Attention, ces lampes ont souvent un très mauvais rendu des couleurs, avec des teintes qui ne sont pas tout à fait naturelles sur les photos.

Les lampes à LED sont principalement utilisées en déplacement à cause de leur faible consommation. On les utilise de plus en plus pour l'éclairage continu au studio, mais leur puissance est limitée. Certains modèles permettent de modifier la température des couleurs (degrés kelvin). Attention, plus les lampes sont bon marché, et moins le rendu des couleurs est bon!

Les lampes à décharge haute pression (HID) sont utilisées dans les studio de télévision depuis bien longtemps, mais elles ne se retrouvent pas dans le studio du photographe, alors que le rendu des couleurs est très bon. Ce type de lampes est employé pour l'éclairage des devantures des magasins de luxe (les night shops eux utilisent un éclairage led ayant un mauvais rendu des couleurs).

Studio de photographie

Pages qui selon Google pourraient vous interesser