Photographie » Pratique » Trucs » Contre-jour

Chaque photographe a ses petites habitudes. Le placement des flashes, les poses des modèles, les accessoires utilisés, un certain type de retouches,... Avec un peu d'expérience, on reconnait le photographe à ses photos.

Flash externe

Le truc de la main

Quand il y a trop peu de lumière, on utilise un flash. C'est ce que les appareils automatiques font: ils déclenchent automatiquement leur flash incorporé (souvent sans même te demander ton avis).

Si ton appareil photo est équipé d'une griffe porte-flash, il vaut mieux utiliser un flash externe. Non seulement il est plus puissant, mais le décalage par rapport à l'optique fait que les yeux rouges sont moins visibles.

Flash externe direct
Le flash se trouve à gauche et produit donc une ombre nette à droite.
On voit l'effet classique du flash sur la figure.
Flash indirect sur la main
L'ombre n'est pratiquement plus présente, l'image est plus naturelle.
On ne remarque plus qu'un flash a été utilisé.

Mais c'est encore mieux d'utiliser un flash indirect. Les flashes de type “Cobra” ont une tête pivitante qui permet d'utiliser la lumière du flash en rebond. Non seulement il permet d'éviter l'ombre derrière le modèle (il y a longtemps, on m'a appris à l'école qu'on ne pouvait pas voir l'ombre du flash), mais il donne une lumière plus tamisée (utilisation du rebond sur le plafond ou en utilisant un réflacteur).

Mais il est possible d'obtenir un effet "flash indirect" sans rebond. Il suffit de diriger le flash vers le haut, et de faire une cuvette avec ta main. La lumière du flash est renvoyée vers le modèle. L'effet est bien visible sur la première photo: l'ombre est moins nette et le front du modèle ne brille pas à cause du reflet. La lumière est plus douce et est plus chaude. Si nécessaire il est possible de compenser un excédent de tons rouges (je n'ai pas retouché les photos)

Notez que les flashes externes ont partiquement tous une fonction TTL (mesure de la lumière automatique), ce qui fait que le flash compense la perte de lumière en fonctionnant plus fort.

Le flash déporté n'est pas toujours possible (manque de place, sol instable pour un statif,...) et demande plus de matériel.

Le truc de la main ne fonctionne bien qu'à courte distance (maximum 2m). Plus la distance est longue, et plus l'effet softbox s'ammenuise.

Un petit softbox externe à fabriqer soi-même est décrit ici.


Studio de photographie

L'emploi du contre-jour

J'ai regardé les dernières photos que j'ai prises en studio. Ce qui est frappant, c'est l'utilisation d'un contre-jour dans de nombreuses situations.

Pour le travail en studio, j'utilise un grand softbox et un petit flash externe sur l'appareil photo (nombre guide: 8). Ce petit flash sert également de déclencheur. Le petit flash externe monté sur le porte-flash fait en sorte qu'on voit plus du modèle photographié qu'une ombre chinoise. La balance entre la lumière du flash de studio (contre-jour) et le flash externe est réglé en modifiant la puissance du flash de studio. Une partie infinitésimale de la lumière du flash de studio est réfléchie par le mur blanc du studio (ce mur que les photographes classiques utilisent comme fond pour leur modèles).


Contre-jour en extérieur

J'utilise aussi souvent le contre-jour pour les photos prises en extérieurs (ce qui facilite la vie au modèle qui ne doit plus regarder dans la lumière). Le contre-jour accentue les reliefs.

S'il y a du soleil, il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de rayons de lumière qui frappent l'optique. Place-toi à l'ombre sous un arbre et photographie le modèle en contre-jour au soleil ou demande à un assistant de tenir un pare-soleil ou un réflecteur juste au dessus de l'appareil photo. Utilise le flash pour diminuer le contraste et éviter l'effet silhouette.

Contre jour

Pages qui selon Google pourraient vous interesser