Photographie » Shooting Days » Munich, juin 2007

A cette époque je réalisait des reportages pour des entreprises et des book pour modèles. L'avantage de shooting days est que je peux prendre les photos qui m'interessent. De plus, la région de Munich est totalement différente de la Belgique et même des régions allemandes plus proches. Munich, c'est la Bavière, donc pratiquement le Tirol.

Principe des Dhooting Days Internationnaux

Avec le système de rencontres entre photographes et modèles, chaque photographe qui collabore invite tout le monde dans sa région. Parfait pour faire la connaissance d'autres cultures et voir du pays. Ces séances de pose sont idéales pour les modèles amateurs qui apprennent ainsi à poser pour un photographe professionel. Cette fois ci, c'est Munich qui est à l'honneur. Une série de shootings avait aussi été prévue en Grande Bretagne, mais a dû être reportée.

Le photographe qui nous a invité était un photographe professionnel qui travaillait pour des agences.

Munich est situé à environ 900 km d'Ostende, près du massif des Alpes et pas loin de l'Autriche et de la Tchéquie. En pratique cela veut dire départ le matin et arrivée le soir. Cela n'a posé aucun problème car un des modèles présent savait conduire. La conduite à haute vitesse est facile. En Belgique, tu t'endors au bout de quelques heures de route à vitesse limitée. Les allemands ont une autre mentalité. Si tu allumes ton clignotant, ils te laissent passer (encore faut-il que tu l'utilises, aucun français ne sait où la manette des clignoteurs se trouve). En Belgique ou en France, ils accélèrent pour te couper le passage. Si tu essaie cela sur une autoroute allemande, on ramassera tes morceaux sur deux kilomètres. Ta petite citroen ne fait pas le poids à coté d'une Mercedes.

Munich, juin 2007


Trajet parcouru en quatre jours, avec une voiture avec 300.000km au compteur!

Comme à chaque fois, des modèles de différents pays ont été invités. Cette fois ci, il y avait aussi un modèle belge. Quand nous sommes arrivés, il rêgnait une ambiance de fête à l'appartement du photographe qui nous a invité. Certains modèles reviennent chaque année et c'est le momment des retrouvailles. Parfois tout va comme sur des roulettes entre les modèles de diverses nationalités (comme en 2006), parfois cela coince. Le modèle belge s'est installé sur le banc le plus éloigné du parc. S'il avait su, il serait probablement rentré à pieds! Ce n'est que le dernier jour qu'il a commencé à se sentir à l'aise, malheureusement il a commencé à pleuvoir. Pour un modèle débutant, il est parfois difficile de travailler pour un photographe professionel exigeant. Et en plus, pratiquement tout le monde parlait allemand.

Puits de forage d'une installation aquifère


Dans un des tuyaux d'eau. Les modèles sont éclairés par un réflecteur

Le premier jour, nous sommes allés à l'Imsel, à une cinquantaine de km de Munich. C'est une rivière de montagne qui coule aussi dans la ville même. L'eau n'est pas trouble comme chez nous et on voit de nombreux poissons nager.

Une séance photo a d'abord été prévue près d'un puit de forage. Un lieu de travail (manuel) est toujours intéressant pour une séance de pose. Un réflecteur est nécessaire pour éclairer correctement les modèles situés à l'ombre. Sans réflecteur, ils auraient un teint blafard (causé par le ciel bleu). Le réflecteur a deux faces, et j'utilise la face dorée, ce qui explique aussi le teint des modèles. Le seconde photo (ci-dessus) a été prise sans réflecteur, et cela se remarque au teint du modèle.

Même situé à 5 mètres, le reflet du réflecteur est parfois gênant pour certains modèles inexpérimentés. Le système de décompte (3-2-1-photo) est d'application et les modèles peuvent garder les yeux fermés pendant le décompte.

Après cela, nous sommes aller manger dans un établissement typique d'Allemagne, un Biergarten. C'est une sorte de restaurant self-service en plein air où le cola est servi sans glace malgré le température accablante. Dans un verre d'un demi-litre, ce qui explique le volume de certains allemands. Tu ne dois pas faire le déplacement pour la nourriture: cela se résume à un demi poulet trop cuit, dur et sec ou des côtes de porc dégoulinantes d'huile. Pas étonnant que les allemands deviennent rapidement obèses. Les légumes se résument à la vinaigrette traditionnelle que tu reçois dans chaque restaurant.

Wetfun à l'Imsel

Après le repas, nous nous sommes déplacés vers l'Imsel. Un petit chemin escarpé nous enmène vers un pont sur la rivière. Un nombre de voitures y est parqué et ils ont tous une amende sur le pare-brise. Ils ne connaissent pas le système belge: tu prends une amende d'une autre voiture et tu la place sur ton propre véhicule. Les modèles présents ont bien ri et nous n'avons pas eu d'amende.

Je n'aime pas beaucoup les poses figées: pour moi, un modèle doit bouger, et ou peut-il le faire le plus aisément? Cela me permet de prendre de nombreux clichés différents. Si je dois expliquer avant chaque photo quelle pose exacte le modèle doit prendre, j'ai un mal de tête carabiné après quelques minutes. Dans l'eau, tout se passe plus naturellement. Les photos avec les vêtements mouillés sont très bien acceuillies par les agences. En Allemagne, c'est une habitude qu'un modèle dispose au moins de quelques photos en habits mouillés pour son bookphoto style 'wetlook'. (Ce texte a été écrit en 2007).

Pendant les séances, les modèles sont aussi mis à la tâche: tenir le réflecteur, filmer les shootings (un reportage backstage est aussi réalisé pour les modèles qui le désirent). Cela améliore la cohésion du groupe et évite que les modèles qui ont terminé ne s'ennuient.

Après la séance, nous sommes allés manger à l'italienne. En Allemagne, cela veut dire: la viande dure comme du béton, pas de sauce et comme légumes la vinaigrette omniprésente. Les repas étaient si mauvais que nous avons décidé d'en rester là et de s'occuper nous-même des repas. Le photographe allemand est un bon cuistot.

Usine désafectée

Le second jour, nous avons visité une ancienne usine des chemins de fer allemands. C'est un haut-fourneau et aciérie pour produire l'acier pour les rails. L'usine a été rénovée dans les années '80 (cela se remarque à la technologie employée). L'usine sera fermée au bout de quelques décennies. Les bureaux sont remplis de documents et de calendriers. La dernière lettre retrouvée dans un tiroir date de mars 2002. L'usine était construite près de la frontière avec la Tchéquie. De nombreuses inscriptions sont d'ailleurs en lange slave. Très interessant pour la main-d'oeuvre à bon marché dans les années '80, nettement moins lors de l'arrivée de la Tchéquie dans le giron européen.

Une ancienne fabrique est un lieu idéal pour un shooting, mais cette fois l'ambiance était suffocante: beaucoup trop grande et trop sale. La fabrique était située à 200 km de Munich et mon système de navigation ne conaissait pas l'emplacement exact de l'usine. A cause du stress, je suis aussi devenu malade, ce qui fait que je n'ai pratiquement pas pu profiter de la journée.


Maxhutte Sulzbach-Rosenberg

De nombreuses photos de l'usine déafectée sont disponibles sur ce site (clique sur la photo). Cette usine abandonnée est parfaite pour le style photographique "urbex" (urban exploration). Attention: l'usine est actuellement totalement rasée...


Le terrain était parsemé d'extincteurs pour la protection des ouvriers qui sont en train de découper l'usine en morceaux. Un des modèles n'a pas pu s'empêcher de les essayer. Ce sont des extincteus à CO2. Si tu ouvres le robinet pendant plusieurs secondes, le gaz se refroidit tellement qu'il se fige: c'est la neige carbonique qui se sublime à une température de -78°C.


Pas de crainte que l'usine ne soit abatue dans les mois à venir: les ouvriers ont des années de boulot en perspective. Tu es régulièrement surpris par le bruit assourdissant des réservoirs d'oxygène qui libèrent leur trop plein de gaz.


Westpark et Jardin Anglais

Le Westpark n'est qu'un parc mineur qui n'est pas à la hauteur du Botanique, du Cinquantenaire et du Centenaire. Le Jardin Anglais présente de meilleures perspectives, mais hélas il a commencé à pleuvoir à ce moment. La photo ci-dessus est une photo classique utilisée pour les bookphotos, mais je préfère une pose moins figée comme la photo suivante. Le texte grec donne un aura supplémentaire à la photo.

Amusant en Allemagne: les escalators ont aussi un système de bandes de circulation. Si tu restes sur place, tu te mets à droite. Si tu veux continuer à marcher, tu va à gauche. En Belgique, tout le monde se met un peu n'importe où et bloque le passage des gens pressés.


Les modèles présents sont: Anel, Benny, Denis en Ilie.


En attendant le metro

Shooting days

Rencontres photographes et modèles

Puits de forage d'une installation aquifère

Wetfun à l'Imsel

Haut-fourneau abandonné

Westpark et Jardin Anglais

Pages qui selon Google pourraient vous interesser