Photographie » Shooting days » Le Mans, 16-20 mai 2012

Belgium Model Academy (lien vers le site officiel) organise chaque année plusieurs “Shooting Days”, des rencontres entre modèles et photographes. Ces rencontres existent depuis près de 10 ans, et chaque rencontre est différente de la précédente. Il n'est pas possible de savoir à l'avance comment cela se déroulera.

Nous sommes arrivés le 16 mai en fin d'après midi. La seule chose que nous avons fait c'est d'essayer de contacter des modèles français sur Bookfoto.com. J'avais établi une liste d'environ 15 modèles à contacter. Un seul de ces 15 modèles inscrits sur un site pour modèles à daigné répondre. Comme ce modèle a été invité en Belgique par une agence, il pourra faire un shoot à cette occasion avec un de nos photographes. Quand il s'est présenté (on était à Beaumont-sur-Sarthe ce jour là), BMA a décidé de reporter le shoot avec lui. Il s'agissait d'un modèle ayant déjà de l'expérience professionelle et la différence de niveau était vraiment trop grande.

Nous travaillons aussi bien avec des modèles amateurs que professionnels, mais ici la différence était trop grande et je ne voulais pas faire mauvaise impression. Le modèle en question avait été invité par Robert Bams, qui est le model scout des grandes agences bruxelloises.

Tout le monde peut effectuer un shooting avec nous, mais nous sommes sélectifs pour les shooting days car nous voulons donner une formation complète en quelques jours. Il faut que les modèles aient un niveau plus ou moins équivalent, mais surtout qu'ils soient motivés. Nous avons prévu des shootings de base de type "studio", apprendre à poser, et surtout l'expression du visage: pratiquement tous les modèles ont la même expression sur toutes les photos.

Shooting Days 2012
Le Mans, 16-20 mai

17 mai
Beaumont-sur-Sarthe
et Vivoin

Je suis parti le matin très tôt visiter le village voisin (Beaumont-sur-Sarthe). J'avais vu des endroits interessants via Google Maps et Streetview, mais je voulais m'assurer par moi-même de l'intérêt des endroits.

Notre personne de contact sur place était Charles, avec qui nous avons déjà travaillé lors de deux shooting days en 2011.

Les modèles français arrivent le matin avec Charles. Je remarque tout de suite qu'il y a quelque chose qui cloche: les modèles s'intallent comme s'ils étaient chez eux et ne s'interessent pas aux modèles belges. On dirait des banbins à la sortie de l'école maternelle. Ils font plus de bruit que le sèchoir Beko, qui n'est pas des plus silencieux. Le niveau technique des nouveaux modèles est nul, et ils s'isolent au lieu de rechercher le contact. Ce n'est pas comme cela que fonctionne l'académie. Au boût des 4 jours, ils n'auront rien appris.

Nous avons remarqué rapidement qu'il est difficile d'obtenir quelque chose de ce groupe. Ils sortent ensemble en boite, mais c'est tout ce qu'ils savent faire et c'est aussi tout ce qui les lie. Quand tu consultes leur profil facebook, tu remarques qu'ils ne savent pas écrire un seul mot correctement. Une génération perdue, et c'est pas François Hollande qui va y changer quelque chose, au contraire! Je peux comprendre qu'une dame de 70 ans fasse des fautes, mais des jeunes qui sortent de l'école... On se demande ce qu'ils ont fait pendant 10 ans. Cela promet pour la suite.

Notez que ce n'est pas un cas isolé: quand nous travaillons avec un groupe de modèles allemands, ils s'isolent aussi. Aucun des modèles ne parlent une langue internationale comme l'anglais, un des résultats désastreux du doublage de films et de séries au lieu du sous-titrage (aussi bien valable pour les allemands que pour les français).

Quand nous contactons des modèles pour un shoot (et surtout quand il s'agit d'un shoot sur plusieurs jours), nous nous arrangeons pour surtout ne pas prendre des personnes du même groupe social (par exemple un groupe d'une même école): nous savons fort bien ce qui se passe alors, et c'est ce qui s'est produit maintenant également. Quand on prend différents jeunes d'horizons différents (et surtout qui ne se connaissent pas), il vont apprendre à se connaitre et à travailler ensemble. Ils sont ouverts au monde extérieur, au lieu de se refermer sur leur petit groupe.

Le premier shoot est prévu à Beaumont-sur-Sarthe. La météo n'est pas fameuse et de plus il n'est pas possible d'atteindre la rivière qui semblait si photogénique en photo. La Sarthe serpente dans tout le département auquel elle donne son nom.

Nous faisons un shooting avec de l'eau l'après midi. Les français s'isolent à nouveau. Pendant qu'Erik, un des photographes de BMA fait un shoot au jardin, je fais un shoot au grenier, transformé en studio (voir la photo avec Igor). Charles suit Erik comme un petit chien, mais ne prend jamais l'initiative.

Le soir, shooting à Vivoin, à courte distance de la maison. Nous utilisons l'éclairage ambiant, voir la troisième photo avec Bjorn. C'est ici qu'une optique spéciale fait parfaitement l'affaire: elle est 10× plus sensible à la lumière qu'une optique ordinaire.

Il y a un bar-tabac typique à Vivion, un petit magasin qui fait office de café, d'épicier et de vendeur de journeaux. Une combinaison qui n'existe malheureusement plus chez nous. Il n'y a plus que des night shops et des supermarchés.

Vivoin

18 mai
Saint-Malo
Mont-Saint-Michel

Aujourd'hui, nous partons pour un autre département. Les modèles français sont réveillés à temps, mais cela provient des oeufs et du lard qu'Erik prépare chaque matin.

Cette fois-ci, il y a un nouveau modèle français qui nous acompagne, c'est un des modèles que Charles a pris avec lui pour les derniers jours et il restera dormir la dernière nuit. Il s'agit d'un modèle mineur: en Belgique, un modèle mineur qui reste dormir, c'est assez pour avoir une descente de police (qui saisit tout le matériel: appareils photos, optiques, ordinateurs, et même GPS) Heureusement qu'on est en France et qu'ils n'ont pas connu Dutroux...

Saint-Malo était une ville fortifiée (du temps des guerres avec l'Angleterre). Parquer en ville est impossible, c'est ce que Charles a également remarqué après avoir attendu près de 30 minutes à l'entrée des parkings.

Shootings sur la plage, mais on commence à l'Ile Grand-Bé, où Charteaubriant (natif de la région) a demandé à être enterré, pour n'avoir à entendre que le bruit de la mer. Ce qu'il entend maintenant chaque jous c'est: “Di maman, 7 kiki è antèré lah?”

C'est dans cette région que les marées sont les plus fortes (en moyenne 15m., alors qu'on atteint à peine 6m. par vives eaux en Belgique). Les marées en provenance de l'Atlantique sont amplifiées par l'entonnoir que forme la Normandie et la Bretagne. La seule centrale marémotrice se trouve non loin de là, à l'embouchure de la Rance. Cette centrale utilise les marées pour entrainer des génératrices.

La mer monte très rapidement et nous n'avons que peu de temps pour le shoot sur l'Ile Grand-Bé. On aurait dû rester jusqu'en fin de soirée, si nous n'étions pas revenu à temps. Le retour forcé est une bonne excuse pour quelques photos dans l'eau.

Le restant du shooting a eu lieu sur la plage et les rochers. Il y avait beaucoup de vent et il faisait froid.

Nous avons fort envie de partir avec deux voitures et de laisser Charles se débrouiller tout seul... C'est d'ailleurs ce qu'Erik a finalement fait: il est partie de l'autre coté de la plage avec son modèle.

C'est dommage que Charles, qui nous a accompagné pendant deux shooting days n'a toujours rien appris. Il reste un photographe de discothèque qui photographie les jeunes en boite. J'en connais pas mal en Belgique, et ce n'est pas vraiment ce que les modèles ont besoin. Nous voulons absolument nous distancier de de type de photographie. Les photos en boite ne valent absolument rien, artistiquement parlant.

Charles s'installe à côté d'Erik ou de Jean et utilise les modèles, la mise en place et les poses sans se gèner. Il place les photos directement en ligne (alors que les photographes belges attendent d'être de retour pour retoucher les photos). En fin de compte, on dirait que ce sont les photographes belges qui ont copié Charles, alors que c'est tout le contraire.

Les photographes de Belgium Model Academy travaillent souvent ensemble. Il est donc normal que nous prenons parfois les mêmes photos. Mais nous ne publions que les photos que nous avons nous-même mises en scène. Nous n'allons jamais utiliser la composition d'un autre photographe et publier la photo le plus rapidement possible. C'est pour cela que nous travaillons ensemble depuis de si longues années.

Charles n'a trouvé aucun modèle valable. En fait, nous n'avons trouvé personne nous non-plus: personne n'a répondu aux nombreuses annonces sur bookfoto.com. Je pense que Charles a laissé faire Jason, qui a récolté quelques copains de virée.

Nous travaillons depuis près de 10 ans avec des photographes que nous invitons. Le résultat final de la semaine dépend en grande partie du photographe invité. Il s'agit non seulement des photos, mais aussi de l'ambiance et de l'expérience (ce que les modèles ont appris).

Après un repas au restaurant local, nous allons au Mont-Saint-Michel. Il s'agissait à l'origine d'un rocher, qui n'était accessible que par petit bateau, mais toute la baie est maintenant ensablée. Des travaux sont en cours pour éliminer le sable, mais ce n'est pas facile car il s'agit en partie de sables mouvants. Même la centrale électrique souffre de l'ensablement, avec une production électrique qui chûte en moyenne d'1% par an.

On rentre tard (passé minuit) et les français décident de cuisiner eux-même, en pensant que les petits belges ne mangent plus le soir. Ils se préparent des pâtes molles et de la sauce tomate sans avertir les modèles belges ni les organisateurs.

Mont-Saint-Michel

19 mai
Saint-Léonard-des-Bois

Comme chaque jour, les deux modèles belges font leur gymnastique matinale, en suivant un programme de musculation sur leur iPod. Les français regardent, je photographie.

Tous les invités doivent payer une contribution pour tous les shoots à partir de 2012 (10€/jour), en fait depuis que nous sommes une asbl qui doit tenir une comptabilité. Cette contribution ne couvre pas les frais de l'organisation (même pas les frais du comptable!).

Il semble que Charles n'ait pas averti ses modèles (probablement que personne ne se serait présenté), alors que cela a bien été communiqué sur le site et via mail. Les modèles n'ont pas le sou, même pas 30€ et il n'y a personne qui puisse les dépanner (alors qu'une sortie était prévue le dernier jour, donc aujourd'hui, et cela était aussi annoncé au programme).

Par contre, cela ne les empèche pas de vider le frigo. Ils ne laissent rien pour les modèles belges (et ne demandent même pas s'ils veulent quelque chose). Igor, qui suit un régime, a acheté lui-même des pots de yoghourt et au bout d'un jour, ils ont tous disparu.

Il y a un petit froid après la communication que les français doivent payer leur contribution. Il sont assis à table, mais il ne se passe rien. Entre temps, nous avons fait la vaiselle et rangé la cuisine, et même prévu un petit shoot sous la douche avec les modèles belges. Trois heures plus tard, les français sont toujours à table, ils n'ont rien décidé.

Les organisateurs décident de ne pas fournir de photos aux français tant qu'ils n'ont pas versé leur contribution (nous sommes un mois plus tard, que dis-je, huit mois plus tard et il n'y a toujours rien de versé sur notre compte bancaire). Cela ne semble pas déplaire aux photographes belges qui ont près d'un millier de photos à retoucher: une semaine plus tard, on a un nouveau shooting international au Grand-Duché du Luxembourg.

Update (novembre):
Nous avons reçu un virement au début d'août d'un seul des modèles français. Les autres modèles ont payé directement à Charles, me disent-ils, qui n'a toujours pas effectué le versement.

Nous faisons encore un shoot à Saint-Léonard-des-Bois. La Sarthe coule également dans ce village. Il y a de nombreuses possibilités, mais il commence à pleuvoir. On discute à nouveau de l'heure de départ des français. Qu'ils partent ou non, cela ne change pas grand-chose, les belges font encore un shoot à l'étage pendant que la machine lave le linge. Deux heures plus tard, les français sont toujours assis à table. On ne sait toujours pas très bien quand ils vont partir. Charles ne sait rien décider.

Le but de la sortie en groupe (qu'on essaie d'organiser lors de chaque shooting days, bien que cà n'est pas toujours possible en pratique) est que les modèles aient un but final. C'est une tradition qui a commencé lors des shootings en Allemagne, pour décoincer les modèles allemands. Le dernier jour, nous ne faisons pas de shoot et les modèles peuvent alors dormir à leur aise en voiture sur le trajet du retour. Sortir en boite dans un endroit inconnu, cela fait toujours plaisir aux modèles et cela noue des liens d'amitié.

20 mai
Vivoin

Les français sont partis hier en fin de soirée. La maison sans les français a un charme certain et nous effectuons un dernier shoot bien à notre aise. Il n'y a donc pas eu de petite soirée entre amis, comme nous le faisons les autres fois. Les photographes et les modèles belges étaient bien trop fatigués.

Nous donnons une séance d'information aux modèles belges en attendant le concierge: les différentes agences, les concours de beauté, les sites interessants,... Au fil de la discussion, l'idée qui était déjà dans l'air prend forme: BMA ne travaillera plus avec Charles (nos modèles ne sont pas interessés).

Au retour, nous faisons un stop à la baie de la Somme (Le Crotoy) pour décider si nous y allons en septembre. Il y a des navires échoués près du rivage, mais on se demande si cela vaut vraiment le détour: à part cela, il n'y a rien qui puisse servir.

Nous décidons de prendre l'organisation totalement en main pour les shooting days suivants. Jean a décidé d'organiser les shootings days de septembre à sa façon. Nous avons remarqué ici qu'il vaut mieux travailler avec quelques modèles motivés qu'avec une bande de faignants. La différence entre les belges et les français est tout bonnement trop marquée. Les français auraient pû apprendre les bases, mais ils sont restés dans leur coin, c'est le risque qu'il y a quand un petit groupe de modèles se connait trop bien: ils s'isolent du reste. Tous les photographes belges savent s'exprimer en français, encore faut-il leur demander. Et dire qu'on avait spécialement limité le nombre de modèles belges pour permettre à plus de français de participer (ce sont les congés scolaires en Belgique, et il était prévu à l'origine que Jean vienne un jour plus tard avec les modèles qui ne pouvaient pas partir le mercredi).

Les photos présentées ici ne sont qu'une petite partie du millier de photos. Les modèles belges reçoivent d'abord une série de photos retouchées, et puis un DVD avec toutes les photos.

Pages qui selon Google pourraient vous interesser