Photographie » Shooting Days » 2016 Aix la Chapelle

Les premiers Shooting days internationaux de 2016 ont eu lieu à Aix la Chapelle, soit 12 ans après les premiers Shooting days à Ostende. Il est temps de changer la formule, ce n'est pas normal qu'un seul photographe doive tout faire et que les autres ne font que profiter des modèles qui sont présents et rentrent bien pènards le soir. Il faut en plus que les modèles qui s'inscrivent arrivent effectivement.

Nous avions prévu que chaque modèle puisse venir deux jours (avec possibilité de loger sur place pendant une nuit). Ainsi il aurait été possible de faire venir plus de 20 personnes, mais la pratique était en fait un vrai cauchemar. Dès avant le début des Shooting Days, je n'ai fait que modifier le programme pour tenir compte des modèles qui brusquement ne répondent plus (et qui ne vont donc pas venir). La tendance des modèles qui ne viennent pas est toujours en croissance: les pertes étaient particulièrement élevées cette année.

Il faut absolument trouver une autre formule, peut-être des shootings sur un seul jour. Les jeunes ne savent plus se libérer pour plus d'un jour et il n'est pas possible d'établir un planning à l'avance.

Un des photographes était André Pizaro qui habite la région. Le but aurait été qu'il nous montre la région, mais en fin de compte il ne nous a servi à rien. Il était souvent en retard et n'était pas accessible par téléphone. Il aurait du s'occuper du logement, mais il n'a rien fait. A la fin du dernier jour, nous aurions dû nous rencontrer pour le planning des Shooting Days aux Pays Bas, mais il n'était pas joignable.

Le but était également que les photographes allemands contactent des modèles allemands, et les photographes belges des modèles belges. Un problème qui s'ajoute est que je suis le photographe travaillant pour FTM et que je ne peux donc contacter aucun modèle qui participe au concours. Je dois même refuser des modèles qui se sont inscrits (et il y avait de nombreuses personnes interessées). C'est la dernière fois que je travaille avec FTM, après cela je serai libre de contacter qui je veux.

Finalement il y a eu plus de modèles belges qu'allemands (alors que les shootings avaient lieu en Allemagne). Les photographes allemands étaient trois fois plus nombreux, ce qui montre le peu d'effort des allemands. Ils venaient prendre leur photos et puis retournaient chez eux le soir.

Mercredi

Le premier jour il y a un modèle qui participe à Top Model Belgium qui se présente. Je le sais, parce qu'ils sont obligés de faire de la promotion pour le concours et rechercher des votes SMS. Le modèle en question était très peu au courant des agences, et c'est normal: aucune agence sérieuse ne veut travailler avec Top Model Belgium. Il commencait à se rendre compte que ce concours n'était pas le meilleur choix qu'il avait fait. Les modèles ne reçoivent pas de conseils personalisés (coiffure, barbe, etc).

La finale a lieu à Paris, ce qui est une hérésie: aucune agence belge ne fera le déplacement pour un show à Paris (ils peinent déjà quand ils doivent se rendre à Anvers), tandis que les agences françaises ne sont pas interessées par des modèles belges. Il faut qu'un modèle ait son agence-mère dans le pays où il réside.

On prend des photos dans le quartier universitaire et près de la gare de Aachen-West.

Le modèle rentre en soirée et la nuit je reçoit un coup de fil de deux modèles qui sont coincés à la gare de Verviers: il n'y a plus de trains pour Aix la Chapelle. Rentrer chez eux n'est pas possible non plus, car il n'y a plus aucun train en fait. La gare est fermée et les modèles doivent attendre dans la rue.

Jeudi

Cette journée est prévue pour des shootings dans la région. On va tout d'abord au chateau de Stolberg. J'y étais déjà allé il y a quelques années. C'est un endroit interessant si le shooting ne dure pas trop longtemp. J'effectue environ le même parcours avec chaque modèles: près de la grille, sous un pont, en bas d'un escalier, etc.

Il y avait deux modèles allemands, mais il s'agissait de types qui font du body building et pas vraiment du travail pour des agences. Il était clair qu'ils utilisaient des produits pour la gonflette. Tu as très peu de temps pour photographier ce genre de personnes: soit ils sont pas en forme, soit ils sont en phase de gonflette (bulking). C'est pire que le rut des chevreuils quant au timing. Il va de soit qu'aucune agence sérieuse ne veut travailler avec de telles personnes qui ne seront jamais prêtes quand tu as besoin d'eux. Ces allemands auraient dû venir un second jour, mais on ne les a plus vus. Ce n'as pas été un bon choix de sélectionner de tels modèles.

Le troisième modèle est lui tout à fait OK. On voit tout de suite qu'il n'a jamais posé, mais ce n'est pas un problème, puisque notre but est justement d'apprendre aux modèles à poser et de leur donner toutes les informations nécessaires sur les agences, etc.

En fin d'après midi, nous sommes allés à Lousberg, un parc près de Aix la Chapelle. Il n'y a pas grand chose qui vaille le détour. Il y a des plans d'eau un peu plus loin, mais on n'y est pas allé. Les photographes allemands (et en particulier Andre Pizaro) ont décidé que c'était ici, et pas plus loin.

Vendredi

C'est la journée la plus interessante avec une visite à Vogelsang, un ancien camp militaire maintenant transformé en réserve naturelle. La distance est d'environ 35km, mais on mettra plus d'une heure pour faire le trajet.

Il n'y a pas de modèles allemands, ils ne répondent plus, alors qu'ils habitent dans le coin. De l'autre coté, les modèles belges sont motivés à 100% et se donnent totalement.

Mais il faut rentrer à temps, car une nouvelle série de modèles arrivent pour le lendemain. On a encore le temps de faire un shooting avec les nouveaux modèles dans la salle de bain et puis les modèles vont en ville (jusqu'à environ 3h de la nuit).

Samedi

Il y a un shooting qui est prévu dans un zoning industriel au port de Cologne, mais les modèles sont des types plutôt fashion qui ne sont pas à leur place ici. On part à 10h et on est déjà de retour à 15h. Les modèles rentrent directement chez eux.

Et puis il n'y a plus de modèles pour les jours suivants. Panne de voiture, un des modèles qui brusquement se rend compte qu'il n'a pas de voiture (et prendre le train est trop fatiguant). Je décide de rentrer le samedi pendant la nuit au lieu du dimanche soir.

C'est clair et net qu'il faut changer le système. Ou bien il faut que les modèles paient une caution (qu'ils reçoivent de retour quand ils arrivent aux shootings), soit il faut se limiter à des shootings d'un jour. Il y a un week end pour modèles cet été aux Pays Bas, et on utilisera pour la première fois le système de la caution. On verra alors si ce système est plus valable.

La maison n'était pas aussi idéale que je l'avais espéré. Le quartier universitaire était naturellement très interessant pour les modèles, avec de nombreuses brasseries et cafés pas chers, mais la place de parking, c'est 3€ pour deux heures. La climatisation ne fonctionnait pas, alors qu'elle est vraiment nécessaire dans un penthouse avec de grandes baies vitrées. Il n'y a pas de four à micro-ondes, il n'y a qu'une seule taque de cuisson, l'appartement est usé jusqu'à la corde avec la moitié de l'éclairage qui ne fonctionne plus, des meubles usés et une table bien trop petite pour manger ensemble. J'ai transféré les photos sur ordinateur à partir d'une petite table d'apparat.

Un des photographes qui habite dans le coin aurait du chercher la maison, mais il n'a rien fait. Les photographes allemands venaient pour profiter des modèles et puis rentraient chez eux.

Shooting Days 2016
Aix-la-Chapelle

Résumé des shootings
du 4 au 8 mai
en Allemagne
(Aix-la-Chapelle et environs)

Pages qui selon Google pourraient vous interesser