Photographie » Technique » Film » Développement » Couleurs » Agfacolor Neu

L'émulsion agfacolor Neu est la première émulsion couleur intégrale permettant de reproduire la couleur. L'émulsion est à la base de toutes les émulsions modernes.

Il existait une émulsion Agfacolor "normale" lancée en 1932 qui utilisait un système de réseau. Tout le monde se rendait à cette époque déjà compte qu'il s'agissait d'un système qui était en fin de vie.

L'émulsion Agfacolor Neu (Agfacolor Neuverfahren) a été lancée en 1936, un an après le Kodachrome. L'émulsion avait comme avantage un développement plus simple, les colorants étant déjà présents dans l'émulsion. L'Agfacolor Neu sera à la base de la chimie photographique moderne: tous les procédés sont basés sur ce système. Il existe également des chimies différentes (comme Kodachrome et Ilfochrome) mais qui n'ont pas eu le même développement international.

L'émulsion était disponible à l'origine en version positive (pour des diapositives et pour le cinéma) et en version négative à partir de 1939 (pour faire des tirages). L'émulsion négative gardera le nom d'Agfacolor (sans le Neu qui disparaitra quand le film à réseau sera retiré de la production), tandis que les émulsions positives seront appellées Agfachrome. Les versions deviendront de plus en plus spécifiques et différentes, avec des coupleurs adaptés. La preuve que les deux types d'émulsions sont relatées, c'est qu'on peut faire un développement croisé (et mettre à mal 50 ans de recherches pour avoir le meilleur rendu des couleurs possible).

1
Le film agfacolor neu se compose de 3 couches sensibles, la première couche n'est sensible qu'au bleu. Il y a ensuite un filtre jaune qui élimine la composante bleue (les émulsions sont toujours sensibles au bleu). La couche suivante est sensibilisée au vert et la couche inférieure est sensibilisée au rouge.

Il s'agit d'un film négatif, les couches sensibles au bleu, verte et rouge produisant les teintes jaune, magenta et cyan.

Lors du développement couleur, les couleurs apparaissent là où la couche a été exposée. La couleur est donc plus prononcée aux endroits où l'exposition a été plus forte. On élimine ensuite l'argent (blanchiment) et les sels non-développés (fixation).

2
Représentation d'une émulsion couleur et monochrome. L'épaisseur de la couche sensible est identique dans les deux cas. Il est important que le coupleurs (qui produiront la couleur au développement) ne migrent pas.

3
Le développement négatif est on ne peut plus simple et ne contient qu'une étape de plus que le développement monochrome (mais les produits à utiliser sont différents).

Il y a le développement (chromogène), le blanchiment, le fixage et le séchage, avec chaque fois une étape de lavage entre.

4
Le développement positif est plus complexe, surtout dans le cas de film sonore (avec piste optique). La piste optique ne peut pas recevoir de produit de blanchiment, ce qui rendrait la piste transparente pour les rayons lumineux captés par la cellule photo-électrique.

Nous avons un développement monochrome classique, un bain d'arrêt, un lavage à jet d'eau, le développement de l'émulsion photographique (chromogène), le blanchiment (sauf piste sonore), le fixage (avec les étapes internédiaires de lavage).

5
Système d'application du produit de blanchiment à la partie image uniquement. La piste sonore ne peut pas perdre son argent, qui est opaque aux rayons lumineux pour la cellule photo-électrique.

6
Voila le résultat d'un film couleur réalisé pendant la seconde guerre mondiale. Le procédé était disponible simultanément avec le Technicolor, qui était beaucoup plus complexe à mettre en œuvre et nécessitait des caméras spéciales. La piste son optique est une piste à densité variable (movietone), un système qui sera progressivement remplacé par l'enregistrement à largeur variable.

Le film est Die Goldene Stadt de 1942, un film réalisé en pleine guerre, mais qui n'est pas vraiment un film de propagande (bien que des éléments pour un retour à la nature soient présents). Les films russes et américains de la même poque avaient un contenu bien plus politique.

7
Le film n'utilise qu'une couche pour chaque couleur: l'exposition doit donc être correcte autrement les couleurs sont très délavées ou disparaissent dans un fond brun. Le contraste des scènes doit être limité (les scènes en plein soleil sont proscrites). Une légère dominance de couleur est exacerbée (surtout si on fait une duplication d'un film cinématographique). Le studio de cinéma Ufa doit fournir des manuels comment procéder à l'éclairage correct d'une scène, commpent appliquer du maquillage,... Plus tard on fabriquera du film avec plusieures couches pour chaque couleur, chaque couche ayant une sensibilité différente.

Le problème de la latitude de pose très limitée sera résolu plus tard par l'utilisation de couches multiples pour chaque couleur: nous avons une couche avec de gros cristaux de sels d'argent (donc plus sensible) et moins de coupleurs et une couche avec de petits cristaux et plus de coupleurs

Agfacolor Neu

1

2

3

4

5

6

Pages qui selon Google pourraient vous interesser

-