Photographie » Technique » Film » Développement » Historique: chromatisation

Le bromure d'argent utilisé dans les premières émulsions photographiques n'est sensible qu'au bleu. Une grande partie de la lumière visible n'est ainsi pas utilisée et ces films sont donc peu sensibles. De plus ils rendent mal la réalité.

La photographie existe déja depuis quelques années, mais elle est toujours en noir et blanc. Un problème qui se pose est que le bromure d'argent utilisé dans les émulsions sensibles n'est en fait sensible qu'au bleu, au violet et à l'ultra-violet. L'ultra-violet est filtré par le verre des optiques et ne joue aucun role dans le procédé. Mais cela signifie que plus de 90% de la lunière n'st pas utilisée, les émulsions sont donc très peu sensibles.

L'émulsion la plus sensible, le bromure d'argent a une teinte jaune: l'émulsion réflète le rouge, l'orange, le jaune et le vert et n'absorbe que le bleu et le violet.

C'est par hasard que Hermann Wilhelm Vogel a découvert que certains colorants (qui absorbent certaines couleurs) pouvaient rendre leur énergie aux cristaux de sels d'argent et ainsi aider à l'exposition. Du colorant utilisé pour la couche anti-halo avait contaminé l'émulsion, qui devenait ainsi bien plus sensible. Mais tous les colorants n'ont pas l'effet escompté, et l'évolution a été relativement lente, de plus que les films qui ne sont pas sensibles au rouge ont un avantage pour les photographes.

Emulsions orthochromatiques

L'émulsion orthochromatique est sensible au vert et un peu au jaune (en plus de la sensibilité intrinsèque au bleu et au violet). C'était une vraie amélioration qui rendait les émulsions plus "rapides" (la plus grande partie de l'énergie lumineuse se retrouve dans le vert). Ce type de film sera utilisé longtemps car il peut être développé en lumière rouge.

Mais l'émulsion orthochromatique produit de fausses images qui ne correspondent pas à la réalité, avec des cieux qui sont toujours blancs et des visages trop foncés (voir exemple à droite).

Emulsions panchromatiques

L'utilisation d'autres colorants a permi de rendre l'émulsion sensible à tout le spectre lumineux. La sensibilité de l'émulsion est ajustée à celle de notre vision. Mais l'histoire n'est pas encore finie...

Emulsions isochromatiques

Les photographes qui développent eux-même (et il y en avait encore beaucoup à l'époque) ne sont pas très fan des émulsions panchromatiques qui nécessitent un développement dans le noir absolu. Le film isochromatique est une sorte de compromis: il est sensible à toutes les couleurs, mais a un trou dans le rouge profond. Le film pouvait ainsi être traité en lumière rouge très atténuée.

Superpan

Pour chromatiser une émulsion, il suffit de très peu de colorants. Mais si on utilise plus de colorants sensibles au rouge, on obtient une émulsion qui a un pic de sensibilité dans le rouge.

Ces émulsions étaient spécialement conçues pour la photographie en lumière artificielle (à l'époque des lampes à incandescence produisant une lumière plutot jaune). Les émulsions étaient si sensibles qu'on pouvait photographier sans flash à l'intérieur. Les personnes avaient une peau livide, ils ressemblaient à des fantômes.

Le film Superpan est encore disponible dans certains magasins spécialisés, mais il a une sensibilité dans le rouge moins exacerbée. L'émulsion était recommandée pour les paysages où elle produisait une image contrastée et plaisante. Le résultat correspondait à l'utilisation d'un filtre jaune, mais sans l'inconvénient (perte de lumière).

De par sa plus grande sensibilité pour les teintes de la peau, l'émulsion est également recommandée pour la portraiture où elle donne une peau plus lisse et plus claire.

Le film était également un peu sensible à l'infra-rouge et pouvait être utilisé pour la photographie infra-rouge en montant un filtre spécial devant l'objectif.

Nous allons maintenant un peu s'amuser avec les différentes émulsions monochromes. L'exposition est maintenue constante pour voir la différence.

Emulsion orthochromatique Emulsion isochromatique Emulsion panchromatique Superpan Scène originale

La chromatisation


Emulsion orthochromatique

Multilayer

Les films étaient présentés en monocouche (une seule couche sensible), ce qui donnait des images bien contrastées, mais avec un risque de sur- ou sous-exposition. En utilisant deux ou trois couches de sensibilité différente on pouvait fabriquer du film qui pouvait enregistrer des images très contrastées sans risque de perdre trop de détails dans les ombres et les hautes lumières.

Ces émulsions étaient surtout destinées aux journalistes et reporters qui devaient produire des clichés dans des situations changeantes. Les photos sur- ou sous-exposées pouvaient être corrigées au tirage, car toute l'information était enregistrée.

Le résultat était une image au contraste réduit, et les émulsions multi-couches n'étaent utilisées que pour des applications spécifiques. Les photographes qui travaillaient explicitement en noir et blanc préféraient les émulsions donnant un contraste plus élevé. Ces photographes étaient en mesure de déterminer exactement l'exposition nécessaire et n'avaient pas besoin d'une émulsion peu contrastée.

Le système des émulsions multi-couche a principalement été utilisé pour les émulsions couleurs (qui étaient utilisées par des amateurs). Les couches multiples pouvaient plus aisément absorber une surcharge de certaines couleurs (par exemple un coucher du soleil ou une scène à l'intérieur). Le surplus de certaines couleurs était éliminé par des filtres colorés au tirage.

La couleur

Nous avons toujours notre émulsion noir et blanc, même si elle est maintenant sensible à toutes les couleurs. Pour obtenir la couleur, il faut séparer les couleurs et les faire réagir avec une couche sensibilitée. Il y a plus d'information sur les différents procédés couleurs: suivez les liens.

Pages qui selon Google pourraient vous interesser