Photographie » Technique » Historique » Film » Cinéma

Sur ces pages toutes les informations sur les caméras de cinéma et les formats de film, aussi bien pour les professionels que pour les amateurs.

Les formats de cinéma professionels
Nous donnons une liste des formats de cnéma professionels à partir de la Collection Perquy.

Les formats amateurs
Les formats amateurs sont basé sur le 8mm: Single-8, Super-8, avec ou sans piste sonore.

16mm
Le format de 16mm se situe entre le format amateur et le format professionel. Il a été lancé comme alternative au format 35mm trop ornéreux pour les amateurs, mais au fil du temps il a été utilisé pour des applications professionelles: reportages, films d'entreprises, téléfilms,...

Polavision
Le système Polavision était un système de cinéma à développement instantané basé sur le 8mm qui permettait de visionner directement des films. Mais la qualité des films était si médiocre que les films ne pouvaient être montrés que sur une petite visionneuse.

La couleur au cinéma
Comment enregistrer et reproduire la couleur, alors que les émulsions étaient monochromatiques? Tous les procédés historiques passent en revue, dont certains sont très connus.

Perspecta Stereophonic Sound
Avant de se lancer dans le son stéréo (et le multi-canal), les studios ont expérimenté avec un système de pseudo-stéréo.

Les formats de production et de distribution

Il n'est pas rare qu'un film soit tourné dans un autre format que celui utilisé pour la diffusion.

Production
Le réalisation d'un film demande un métrage important: plusieurs prises sont nécessaires pour obtenir une scène valable. Les effets spéciaux demandent le montage de différents bouts de pellicule. Les frais sont important et on tente de les réduire au maximum.

Il y a ainsi des formats qui ne sont utilisés que pendant la production, comme le format Techniscope et Superscope qui utilisent deux ou trois perforations par image (normalement on utilise 4 perforations par image en 35mm).

Un autre format qui est souvent utilisé en production est le Super-16mm dont la pellicule est gonflée en 35mm pour la projection.

Dans tous ces cas, l'image enregistrée est plus large, et c'est interessant, car la plupart des salles sont équipées d'un écran large.

Le son n'est que rarement enregistré sur le film même (sauf au format 16mm standard). On utilise un enregistreur magnétique avec de la bande perforée pour assurer le synchronisme.

Projection
Après que le film ait été monté, il est copié vers un format de distribution. La plupart des salles de cinéma sont équipées d'un projecteur CinemaScope qui peut reproduire différents rapports d'image et dont l'optique anamorphique peut être mise hors fonction. Les projecteurs utilisent toujours 4 perforations par image.

Au début, on utilisait surtout le son optique qui était meilleur marché car il pouvait être enregistré sur le film même. Puis on est passé au son magnétique sur bande séparée permettant des versions internationales ou le son multipiste. La bande perforée permet un synchronisme. On a également utilisé le son numérique (optique), mais il y avait plusieurs formats différents.

Actuellement (en fait à partir de 2005) toutes les projections sont numériques. Le film est fourni sous forme de disque dur contenant le film. Le disque est codé et ne permet qu'un nombre limité de projections sur un type de projecteur donné.

Certaines salles disposent encore d'un projecteur 35mm pour montrer les films historiques, tout comme dans les années 1970 et 1980 les salles disposaient d'un projecteur de 16mm pour les documentaires qui étaient montrés avant le grand film.

Cinéma


Le format de cinéma de 9.5mm était caractérisé par des perforations entre les images et une découpe sur le coté pour stopper le défilement pendant 10 secondes (pour les intertitres)

Pages qui selon Google pourraient vous interesser