Photographie » Technique » Film » Cinéma » Couleur » Bipack

Pour obtenir la couleur au cinéma, on a utilisé plusieurs systèmes bipack. Il s'agit de sytèmes primitifs qui ne pouvaient pas reproduire toutes les couleurs, mais il n'y avait rien d'autre.

Le système du réseau (décrit sur la page "Couleur") est une parenthèse, un système qui ne satisfait pas (couleurs trop atténuées, faible sensibilité, difficulté de faire des copies).

Consultez la page
séparations couleur
pour des bases techniques
Les systèmes suivants tentent de remédier aux inconvénients du Kinemacolor en combinant les deux émulsions sous forme d'une seule pellicule lors de la projection. La plupart des systèmes utilisent une caméra de type "bipack" où deux émulsions sont exposées simultanément. Après développement, les émulsions reçoivent un virage (et non une coloration). Le virage remplace l'argent métallique (opaque) par un colorant: les parties claires ne sont pas colorées: l'image est claire. Le virage est décrit plus en détail ici.

Les deux films sont collés après le développement et lors de la projection on n'a donc plus l'inconvénient du papilottement. Voyons les systèmes qui ont été utilisés:

Description du système bipack:
A + B: émulsion panchromatique qui reçoit le rouge
C + D: émulsion orthochromatique uniquement sensible au vert-bleu
G + F: système optique et fenètre d'exposition
E: système d'entrainement dex deux films
1 + 2 + 3: premier film avec support, émulsion (sensible au vert) et filtre rouge
4 + 5: second film avec émulsion (panchromatique mais ne recevant que du rouge) et support

Inconvénients des systèmes bipack

Le système bipack dans toutes ses versions a quelques inconvénients: tous ces systèmes produisent une image couleur conçue pour rendre correctement les tons de la peau, mais les tons vert-jaune, magenta et violet sont rendus trop foncés (parfois trop clairs).

Un second inconvénient est que le film double a tendance à gondoler à la projection. C'est un phénomène courant avec les émulsions cinématographiques, mais ici le film gondole dans un sens et puis dans l'autre, rendant la mise au point difficile. Le film doit régulièrement être renvoyé au labo qui fait passer le film dans des presses chauffantes pour remettre le film à plat.

La prise de vue nécessite une caméra plus compliquée que pour les prises de vues en noir et blanc. Il n'est pas possible d'utiliser une même caméra pour les deux systèmes. Les émulsions ne sont généralement pas très sensibles.

Un dernier inconvénient est qu'il y a une émulsion des deux cotés de la pellicule de projection: le film est donc doublement sensible aux rayures, qui à cause de la couleur des couches est particulièrement visible.

Le procédé bipack a également été utilisé pour des systèmes à trois couleurs, mais ces tentatives n'ont pas eu beaucoup de succès. Il n'y a que quelques films qui ont été réalisés en bipack tricolore.

Les premières versions du Technicolor étaient également basées sur le principe du bipack. Puis on a gardé le nom et développé un système très particulier.

La couleur au cinéma

Principe du bipack (caméra)

Pages qui selon Google pourraient vous interesser