Photographie » Technique » Film » Cinéma » Formats

Les rapports d'image sont décrits sur une page séparée

8mm
8mm et Super-8
Il s'agit de deux format amateur qui sont parfois utilisés pour du film expérimental. Le film 8mm était à l'origine du film 16mm coupé en deux ("double-8"). Le film Super-8 dispose d'une surface plus grande car la taille des perforations a été réduite. Quand on parle de 8mm, c'est presque toujours de Super-8 qu'il s'agit.

La qualité d'image est trop faible pour être utilisée en télévision (reportages), on a plutot utilisé le format 16mm.

On utilise parfois le film 8mm dans certaines séquences de films de cinéma (flash back). Le film développé est numérisé et incorporé au film pour donner un look caractéristique. Les cameras sont relativement petites et très solides, c'est autre chose que de travailler avec une caméra 35mm Technicolor IV.

Il y a une perforation par image. Le son est magnétique pour les appareils grand public. C'est le seul format utilisant 18 images/seconde (films muets), on passe à 24 images/seconde quand il y a une piste sonore.

Format d'image
8mm: 4.5×3.3mm
Super-8: 5.79×4.01mm


16mm
16mm
C'est le format par défaut pour les reportages, les films d'entreprise, les cours enregistrés... avant l'arrivée du format U-matic. Ce format a très souvent été utilisé pour les reportages qui doivent passer à la télé. C'est la BBC qui a lancé le système.

La qualité des images des caméras vidéo portatives était insuffisante pour les programmes télévisés. Quand il fallait réaliser un reportage, on l'enregistrait en 16mm. La pellicule était développée au studio, montée et puis envoyée à l'antenne. Beaucoup de séries télévisées ont été enregistrées en 16mm, le rapport d'image correspondait parfaitement à celui de la télévision.

Ces caméras étaient bien pratiques (en comparaison des premiers magnétoscopes avec enregistreur en bandouillère) et on a continué à les utiliser jusque bien dans les années 1980. La caméra argentique était souvent la seule possibilité dans les régions reculées sans électricité. Quand les conditions étaient défavorables, les caméras de cinéma étaient plus fiables que les caméras vidéo.

Le son pouvait être optique ou magnétique. La plupart des émulsions avaient des perforations d'un coté.

Format d'image 16mm:
Enregistrement: 10.26×7.49mm,
Fenêtre de projection: 9.65×7.21mm,
Fenêtre télévision: 9.34×7.01mm


Super-16mm
Le format Super-16 était utilisé comme alternative bon marché au format 35mm. Il n'y a pas de piste sonore et la place laissée vacante est utilisée par l'image qui devient plus large.

Ce format n'est utilisé qu'en production et le film est gonflé en 35mm pour la projection.

Format d'image Super 16mm:
Enregistrement: 12.52×7.41mm
Rapport d'image: Paramount (1.67)


35mm 4-perforations
C'est le format le plus utilisé. Il y a 4 perforations par image, de chaque coté du film. Le son est généralement optique (meilleur marché et posant moins de problèmes d'oxyde de fer qui encrasse les têtes). Il y a deux pistes enregistrées en Dolby, ce qui permet 4 canaux (gauche, droite, centre et surround). On passera plus tard au son numérique (entre les perforations) tout en gardant la piste sonore optique.

Format d'image à l'enregistrement: 16×22mm (academic ratio)
Format d'image à la projection: 15×21mm (academic ratio),
21×13mm (1.67),
21×11mm (1.85),
20×15mm (télévision à écran normal)


35mm 3-perforations
Quand on désire un rapport d'image large (1.85), on peut faire avancer le film plus lentement. Au lieu d'utiliser 4 perforations par image, on en utilise 3. On utilise un masque pour enregistrer une image moins haute. La caméra doit être modifiée, mais c'est un investissement qui est rapidement amorti.

C'est un format qui n'est utilisé qu'à la production, pour la projection le film est copié en 4 perforations.

Format d'image enregistrement: 21.9×18.6mm
Format d'image projection: 21.0×11.3mm


35mm 2-perforations (Techniscope)
On utilise un rapport d'image très large en CinemaScope (2.35). Une manière alternative d'arriver à un tel rapport est d'utiliser d'enregistrer des images nettement moins hautes. On peut ainsi limiter l'avancement du film à deux peforations par image. On utilise ici aussi un cache pour n'exposer qu'une partie de l'image.

Il s'agit d'une alternative bon marché au CinemaScope, mais qui a d'autres avantages: consommation moindre de film, et donc possibilité de plans-séquences plus longs, pas de déformations de l'image. Le grain est un peu plus prononcé, mais cet effet a été recherché pour certains films. Les émulsions plus modernes n'ont plus de grain si visible.

Il s'agit d'un format de production, le film est soit transféré sur film à 4 perforations, soit transformé au format CinemaScope.

Format d'image à l'enregistrement: 22×9.47mm


35mm CinemaScope
C'est le format d'image large le plus connu (2.35). On utilise du film 35mm standard, mais l'image est comprimée horizontalement 2× à l'enregistrement.

Il s'agit d'un format standardisé qui est utilisé à la production et à la projection. Les projecteurs sont équipés d'une optique adaptée qui est utilisée quand un film en CinemaScope est montré.

Format d'image à l'enregistrement 21.9×18.6mm


35mm VistaVision
Film de 35mm qui défile horizontalement au lieu de verticalement avec 8 perforations par image. Le film utilisé à la projection a une piste optique, ce qui rend les images moins hautes. Le rapport d'image est de 1.67 au minimum, mais peut être augmenté à 2.0 selon le cache utilisé à la projection.

Enregistrement: 37.7×24.9mm, 8 perforations par image, comme la pellicule 24×36.


35mm Technirama
Un mélange du CinemaScope et VistaVision

On utilise du film qui se déplace horizontalement (8 perforations), mais l'image est comprimée 1.5× pour obtenir un rapport d'image de 2.35. On a réalisé une cinquantaine de films en ce format.

Enregistrement: 38×25.2mm


35mm Cinerama
Ce système utilise 3 caméras en placement spécial pour enregistrer un champ très large. Ce format a été lancé pour faire la concurrence à la télévision. Le format a eu du succès (bien que très peu de longs métrages aient été réalisés), ce qui a permi le lancement d'un format large plus pratique (le CinemaScope).

On utilise 6 perforations par image, les images sont pratiquement carrées. L'image des trois projecteurs est envoyée sur un écran très bombé composé de languettes verticales dirigées vers le public (pour éviter les pertes de contraste dues aux réflections.

L'utilisation de 3 caméras posait de nombreux problèmes pratiques: l'action devait se dérouler dans une des trois zones, car la zone de recouvrement n'était pas toujours très nette. La focale des lentilles était fixe et ne pouvait être modifiée. L'enregistrement se faisait à 26 images/secondes.

Enregistrement: 25.3×28.3mm
Projection: 25.0×27.6mm


Super 35mm
Tout comme le Super-16 est du film 16mm dont on récupère l'espace son pour l'image, le Super-35 est du film 35mm dont on utilise la bande son pour l'image. C'est assez évident en 35mm où le son n'est normalement pas enregistré par la caméra (c'est moins évident pour le 16mm où pratiquement tous les appareils enregistraient le son ét l'image). La surface utilisée correspond au 35mm muet.

Il s'agit d'un format de production: l'image est coupée ou réduite lors de la réalisation de copies.

Enregistrement: 24.9×18.7mm


70mm
Film qui ales même perforations que le film de 35mm, mais l'émulsion est plus large, notament 65mm (enregistrement) et 70mm (projection). Les 5mm supplémentaires sont utilisés pour 4 pistes magnétiques qui permettent de commander 6 groupes de hauts parleurs. Il y a 5 perforations par image.

Après une distribution au format 70mm, le film était souvent remis en circulation au format 35mm pour les salles de cinéma plus petites.

La surface disponible est de 52.63×23.01 (enregistrement), dont on utilise 48.56×20.73mm à la projection (rapport d'image large de 2.3, mais d'autres rapports sont possibles).


IMAX
Film 70mm qui défile horizontalement avec 15 perforations par image, de là le terme technique du format: 15/70.

Surface enregistrée: 70.41×52.63mm.

Formats de films

Nous nous limitons aux formats les plus courants. Il faut également savoir que certains formats ne sont utilisés qu'à l'enregistrement et au montage. La copie de projection est transférée dans un des formats standards.

On indique à chaque format s'il s'agit d'un format standard (format de projection) ou vers quel format le film est transféré s'il ne s'agit pas d'un format standard.

On enregistre généralement sur toute la surface disponible, mais on de projette qu'une partie à l'écran. Les bords qui ont souvent des déformations ne sont pas utilisés.


Quelques versions de la pellicule 35mm
Super-35
Généralement 3 perforations (format de production uniquement)

CinemaScope
Avec compression horizontale

Ecran large 1.85
3 perforations à la production, 4 à la projection

Techniscope
2 perforations à la production, 4 à la projection
Le film peut également être transféré en CinemaScope.

Pages qui selon Google pourraient vous interesser