Photographie » Technique » Film » Cinéma » Formats

Rapport d'image (aspect ratio)
en photographie et au cinéma

Les procédés spécifiques (Cinerama, CinemaScope, Techniscope,...) sont décrits sur une page séparée

Nom
Rapport
Utilisations (cinéma)
Utilisations (autres)
Le rapport d'image (qu'on appelle à tort format d'image) est le rapport entre la largeur et la hauteur d'une image. Ce rapport ne précise pas la résolution. On retrouve la dénomination "aspect ratio" qui est le terme correct en anglais.

Certains formats sont spécifiques au cinéma.


Carré
1:1
Instamatic et moyen format
Le format carré a été utilisé pour certaines émulsions photographiques, en particulier le format Instamatic (format 126). Les négatifs avaient la taille de 28×28mm.

Le moyen format n'utilise pas une taille prédéfinie: elle est déterminée par l'appareil de prise de vues. La hauteur est fixe (56mm, déterminée par la largeur du film (61mm)), le format carré a donc une taille de 56×56mm.

L'avantage de ce format est que le cône lumineux peut être plus petit pour frapper une certaine surface d'image. Il y a donc moins de lumière qui se perd. Ce format était également utilisé pour les premiers films de cinéma (l'image était même plus ou moins ronde). Ce n'est que plus tard qu'on a fixé le rapport d'image en utilisant un cache.

Ce format carré était également utilisé au début par Instagram, mais par après d'autres formats ont été autorisés, comme le format 1.91:1 pour les paysages et 4:5 pour les portraits


Movietone
1.20
Permiers films parlants
la piste sonore optique est située à coté de l'image, ce qui limite la place disponible: l'image doit donc devenir plus carrée. Le format Movietone (qui utilise une densité variable) a besoind 'une piste relativement large pour enregistrer le son correctement.

Le Movietone sera remplacé par le Phototone (à densité contante mais largeur variable) qui utilise une piste moins large. Il est à nouveau possible d'enregistrer les images au format classique 1.375.


Norme "A"
5:4 - 1.25
Norme anglaise 405 lijnen
Les premiers tubes d'image des téléviseurs avaient une face avant ronde. On a donc recherché un format d'image avec le moins de perte d'image. Avant la standardisation, le rapport le plus souvent utilisé était le rapport 1.25 qui donnait des images relativement carrées.

Ce rapport d'image sera encore utilisé avec la première norme de télévision standardisée, la norme "A". Par après, on est passé à un format d'écran de 1.33 qui sere utilisée partout en Europe. Il y a peu de différences avec la norme A et un téléviseur pouvait reproduire les deux rapports d'image.


Format académique (stills)
4:3 - 1.33
APN Compacts
Films muets
Ecrans d'ordinateur
Télévision standard
Ce format sera utilisé pour les premiers films (muets) en 35mm (surface disponible entre le sperforations: 24.89×18.67mm).

Les APN compacts utilisent également ce format qui correspond au rapport des écrans d'ordinateur classiques (VGA 640×480 pixels jusqu'à la limite possible avec le format analogique de 1600×1200 pixels).

Le format "Four Thirds" (littéralement "quatre tiers") a été lancé par Olympus et sera repris par quelques fabricants, dont Panasonic.

Le format est utilisé pour la télévision à écran normal (PAL, SECAM, NTSC).


Format académique (cinéma)
1.375
Cinéma
L'utilisation d'une piste sonore réduit la surface disponible. Mais d'un autre coté, on réduit également la hauteur pour éviter les superpositions entre deux images. La surface disponible pour l'image est de 22×16mm au format 35mm.

Le 16mm utilise également ce rapport d'image.


Rapport de Lichtenberg
√2 - 1.41
Formats papier A et B
Le papier au format A ou B a un rapport qui se situe entre le format académique et le format photographique. Mais ce n'est pas la raison d'existence de ce format: quand on coupe une feuille en deux, on a le format plus petit. A partir d'une feuille de base, on peut ainsi réaliser sans pertes toutes les tailles de papier.

Le format B utilise le même rapport, mais utilise une taille de départ différente. Les tailles "B" successives prennent la place exactement entre deux tailles "A".


IMAX
1.43
IMAX 15-70
Le film de 70mm se déplace horizontalement (au lieu de verticalement). La surface disponible est de 70×48.5mm. On utilise 15 perforations par image, de là le terme technique 15/70 donné à l'IMAX. Pour ne pas perdre de place, le son est enregistré séparément sur film 35mm (6 canaux).


Photographie
3:2 - 1.5
Reflex
Les appareils à visée reflex utilisent ce format. La pellicule utilisée fait 24×36mm.

Ce format est parfois utilisé à l'enregistrement de films. Ce n'est pas un format de cinéma classique et lors de la projection on utilise un masque pour obtenir une découpe standard.


14:9
14:9 - 1.56
Format d'échange (télévision)
Il s'agit d'un format de compromis utilisé pour les programmes télévisés à écran normal et large. Le rapport se situe en effet entre les deux formats. L'enregistrement n'est jamais effectué à ce format, il s'agit d'un format intermédiaire utilisé quand il faut passer d'un format à un autre.

Supposons un documentaire filmé au format académique qui doit être reproduit sur écran large. On utilise le format d'image de 14:9 qui est un compromis entre le format d'origine (avec des bandes à gauche et à droite) et la transformation au format 16:9 qui coupe une grande partie de l'image au dessus et en dessous. Au format 14:9, il y a des bandes fines à gauche et à droite et une petite partie de l'image est découpée en dessus et au dessous.

Ce formet est également utilisé pour montrer des clips vidéo (enregistrés au format 4:3) au format large.


Proportion divine
φ = 1.618
L'art en général
La proportion divine est basée sur le nombre d'or. Cette proportion se retrouve souvent dans la nature.

Une caractéristique de la proportion divine est qu'un rectangle de type divin peut être découpé en un carré et un rectangle, dont les proportions sont à nouveau divines.

Ce rapport est utilisé dans l'art, mais pas au cinéma.


Paramount
5:3 - 1.67
Cinéma européen
Ce format large est utilisé dans les salles de cinéma en Europe, il s'agit d'un format de compromis entre l'écran normal (académique) et très large (CinémaScope).

Le format Super-16 qui est du film 16mm sans piste sonore utilise ce rapport. La surface disponible est de 12.52×7.41mm. Ce format est souvent gonflé en 35mm pour la projection.

Le format Vistavision où le film de 35mm défile horizontalement utilise également ce rapport d'image (surface enregistrée de 37.7×24.9mm, comparable à celle d'un négatif classique)


HD video
16:9 - 1.77
Télévision à écran large
Format APS-H
Il s'agit du rapport d'image standardisé pour les programmes réalisés en écran large, quelle qu'en soit la résolution (HDTV, 2k, 4k,...). Le format est utilisé pour les DVD et les programmes en DVB (digital video broadcast, donc tous les programmes numériques).

Si la source a un autre rapport d'image (par exemple du CinemaScope) on utilise soit le pan-and-scan (découpe d'une partie de l'image), soit on utilise un format de boite aux lettres. L'utilisateur n'a pas le choix: le format est fixe et la découpe est décidée avant l'enregistrement sur DVD ou émission.

Ce format était également le format par défaut des films de photographie APS lancés en 1996.


Ecran large
1.85
Cinéma US
Il s'agit du format d'écran standard utilisé aux Etats Unis. Le film n'est produit qu'à un seul format, c'est le projectioniste qui va déterminer le format à l'écran en utilisant un cache adapté à sa salle.

Alors qu'on utilise normalement 4 perforations par image (4-perf pulldown), les films destinés à ce format peuvent être enregistrés en 3-perf pulldown (puisqu'ils n'utilisent pas toute la surface disponible). Le film doit être transféré au format 4-perf pour la projection.


"Scope"
21:9 - 2.35 à 2.40
CinemaScope
Techniscope
Format très large qui peut être obtenu de deux manières. En CinemaScope on va comprimer horizontalement les images. Ce format a été très utilisé, car il ne nécessitait pas l'emploi d'appareillage spéciaux (seulement un complément optique). Le rapport d'image est de 2.66 en théorie, mais on va utiliser une découpe de 2.39 à la projection. La compression produit des déformations qui rendent certaines scènes impossibles (parce qu'il y a trop de déformations).

Au lieu de comprimer horizontalement l'image, on peut également enregistrer une image de moitié moins haute. On peut ainsi faire défiler le film à demi-vitesse (2-perf pulldown), c'est le Cinémascope du pauvre quoi. Ici aussi le film doit être transféré sur de la pellicule à 4 perforations pour la projection. Le format Techniscope n'est utilisé qu'à l'enregistrement.


Cinéma (historique)
2.55
CinemaScope (orig.)
Format Cinémascope original. En ajoutant une piste sonore, la surface disponible a été réduite. La réduction horizontale est de 2× ce qui permet un format dont la largeur est double du format académique (1.375 × 2 = 2.750), mais toute la surface disponible n'est pas utilisée à la projection.


Cinéma (historique)
2.59
Cinerama
Format où on utilise 3 caméras et 3 projecteurs. Il y a toujours une zone où il y a un recouvrement. le système était particulièrement complexe, aussi bien à l'enregistrement qu'à la projection et il n'y a pratiquement pas de long métrages qui ont été réalisés en ce format.

Mais le succès de la formule a fait que les maisons de production ont continué à expérimenter avec les formats larges, ce qui a donné naissance au format Cinemascope.

Rapports d'image

Les formats de production et de distribution
Il n'est pas rare qu'un film soit tourné dans un autre format que celui utilisé pour la diffusion. Le son est souvent enregistré séparément, tandis qu'à la projection le son se trouve sur le même film.

Production (enregistrement)
Le réalisation d'un film demande un métrage important: plusieurs prises sont nécessaires pour obtenir une scène valable. Les effets spéciaux demandent le montage de différents bouts de pellicule. Les frais sont important et on tente de les réduire au maximum.

Il y a ainsi des formats qui ne sont utilisés que pendant la production, comme le format Techniscope et Superscope qui utilisent deux ou trois perforations par image (normalement on utilise 4 perforations par image en 35mm).

Un autre format qui est souvent utilisé en production est le Super-16mm dont la pellicule est gonflée en 35mm pour la projection.

Distribution (projection)
Après que le film ait été monté, il est copié vers un format de distribution. La plupart des salles de cinéma sont équipées d'un projecteur 35mm à 4 perforations par image.

On utilise des caches pour adapter le format à l'écran utilisé dans la salle. Le projecteur peut être équipé d'une optique CinemaScope si le film est anamorphique.

Open matte et fenètre de projection
On utilise souvent toute la surface disponible lors de l'enregistrement ("open matte"). Lors de la projection, l'opérateur sélectionne une fenêtre de projection qui correspond au format de l'écran qu'il utilise.

Shoot and protect
La mise en scène est telle que l'action se déroule dans une zone centrale. Quel que soit la découpe finale, l'action principale est toujours visible. La zone centrale a un rapport d'image de 14:9 qui est un compromis entre tous les rapports d'image possibles.

Anamorphique ou plat
Pour obtenir un écran large avec du film ordinaire, on comprime l'image horizontalement à l'enregistrement (Cinémascope).

Les productions à bas budget utilisent une image à demi-hauteur (ce qui permet de faire défiler le film à demi-vitesse (2-perf au lieu de 4-perf). Pour la projection, le film doit être transféré en 4 perforations, le seul format utilisé à la projection.

Original Aspect ratio OAR
C'est le format enregistré sur la pellicule. On enregistre toujours une image plus grande qui sera légèrement coupée à la projection pour éviter les déformations sur les bords. En fait on enregistre sur toute la surface disponible. Ce format ne correspond jamais exactement à un format de projection.

Intended Aspect ratio IAR
Lors des prises, on tient compte du fait qu'une partie de l'image sera perdue et on s'arrange pour que l'action ne se déroule pas sur les bords de l'image.

L'intended aspect ratio est le rapport d'image pour lequel le film a été réalisé.

Modified Aspect ratio MAR
C'est le format d'image qui est finalement utilisé à la projection. Il dépend du support (DVD au format fixe 1.77, salle de cinéma avec un rapport de 1.67 ou 1.85).

Pourquoi un format large?
La télévision apparait après la seconde guerre mondiale, d'abord en noir et blanc, mais très rapidement en couleurs (surtout aux Etats Unis). Les grandes maisons de production, les "Majors" ont peur que les gens délaissent le cinéma et ne regardent que la télévision, bien à leur aise chez eux.

Mais que faire pour attirer les gens au cinéma? En utilisant un format large (que la télévision ne pouvait pas fournir à l'époque). On expérimente avec le Cinerama, un système particulièrement complexe (aucun long métrage important ne sera réalisé en Cinérama).

Le succès du Cinerama pousse les producteurs à continuer sur cette voie, avec l'apparition du CinémasCope, qui sera le format de choix pour les grandes productions.

Mais finalement les maisons de production se rendent compte que le public se fout du format, c'est le contenu qui compte. On choisit un format de compromis entre le format acédémique et le format Cinemascope (décidément trop large). Car entretemps on s'est rendu compte qu'il film qui avait bien tourné en salle pouvait encore rapporter pas mal en vidéo (et puis en DVD) et lors de la diffusion à la télé.

Pages qui selon Google pourraient vous interesser