Photographie » Technique » Film » Développement » Positif

Le film positif noir et blanc est identique au film négatif. C'est le développement qui détermine le résultat: positif ou négatif.

1- Positif: exposer, révéler, stopper

Le film positif (inversible) est en fait du film tout à fait normal (pour ce qui concerne le noir et blanc). C'est le traitement qui le rend positif. On utilisera de préférence du film à grain fin lors du développement positif pour compenser l'effet agrandisseur de grain des deux phases de révélation. On a fabriqué du film spécial positif, mais il n'est maintenant plus disponible.

L'exposition du film est plus critique, car il n'est pas possible de corriger une sur- ou sous-exposition lors du tirage (puisqu'il n'y en a pas). Il est par contre possible de corriger une sur- ou sous exposition de tout le film en réduisant ou augmentant le temps de développement du film. C'est par exemple le cas si on a mal réglé la sensibilité sur l'appareil photo, ou si on veut "pousser" un film. Attention, c'est plus risqué en mode positif, puisqu'on agit sur l'original! De plus, les réactions ne sont pas linéaires mais exponentielles (doubler le temps de développement a un effet multiplicateur par 4).

Le développement positif produit un film qui peut être utilisé en projection (diapositives) ou scannées.

Les phases initiales sont identiques:

Nous obtenons une image négative avec en noir les parties exposées composées d'argent métallique et en transparant les sels d'argent non exposés.

2- Blanchiment

L'argent métallique est dissous et éliminé du film. C'est la phase inverse d'un traitement négatif où les sels d'argent non exposés sont éliminés.

Les sels d'argent sont évidemment encore sensible à la lumière.

3- Seconde exposition

Le film est exposé une seconde fois pour réduire les sels d'argent en argent métallique. Cette phase est souvent effectuée de façon chimique (voilage chimique). Le voilage chimique est le seul possible en cas de traitement couleur (diapo) et c'est pour cela que les centrales de développement utilisent presque toujours un voilage chimique acceptable pour les deux chimies.

4- Révéler, stopper, fixer et rincer

Le film passe à nouveau au révélateur. Cette phase n'est pas critique, puisqu'il faut développer tous les sels d'argent. Nous avons ensuite un bain d'arrêt. Les appareils de développement utilisent les même chaines et il est plus facile de faire transiter les films positifs et négatifs par le même chemin. La dernière phase est ici aussi un rincage.

La seule différence dans le traitement concerne deux étapes: le blanchiment et la seconde exposition (voilage chimique).

Nous avons maintenant notre image positive: les parties exposées ont perdu leur argent et sont claires. Il n'y a de l'argent métallique qu'aux endroits qui n'ont pas été exposées lors de la photo.

Le traitement positif monochrome était souvent utilisé pour les films de ciméma amateur, la filière monochrome étant moins chère. Pour le cinéma professionnel, on utilise un internégatif (copie positive). Les diapositives monochromes étaient parfois utilisées pour des cours, car elle sont bien visibles (lettres noires sur fond blanc).

Il est possible d'utiliser du film diapo couleur et le traiter avec la chimie monochrome (avec une diminution de la densité maximale). Le développement positif couleur est expliqué ici.

Développement positif

1

2

3

4
 

Pages qui selon Google pourraient vous interesser