Photographie » Technique » Film » Développement » X-Pro

Le développement inverse peut se faire selon de très nombreuses variantes. Nous les citons toutes. Attention, certaines combinaisons ne produisent pas d'image du tout!

Couleur

Les films diapositifs couleurs se composent des mêmes couches que les films négatifs couleur. Tout comme avec les films monochromes, c'est le développement qui détermine le résultat: positif ou négatif. Les couches sensibles sont sensibles au bleu, vert et rouge, et les pigments qui apparaissent lors du développement sont jaunes, magenta et cyan, quel que soit le type de film couleur.

Les artistes utilisent le développement inverse pour obtenir différents effets (cross processing [Xpro] ou développement croisé): du film négatif est développé comme s'il s'agissait de film diapositif. Le résultat est très variable, l'image monochrome est environ identique, mais les couleurs sont faussées. Le rendu qu'on obtient en développement croisé dépend fortement du type de film utilisé.

La raison du résultat étrange est causé par les coupleurs différents (ce sont les coupleurs qui font apparaitre l'image). Les coupleurs DIR qui sont déterminants pour paufiner le développement chromogène sont différents avec les émulsions positives et négatives.

Monochrome et couleur

Il n'est pas possible de traiter du film noir & blanc classique (non-chromogène) avec la chimie couleur, puisque le système couleur est basé sur la présence de coupleurs couleurs qui seront activés lors du développement et de l'élimination de tout l'argent (qui justement forme l'image en monochrome). Le résultat est comme si le film n'avait pas été exposé, puisque tout l'argent a été éliminé. Traiter du film noir&blanc n'est possible que si on n'utilise que la première phase de la chimie couleur (révélation): il faut éviter le blanchiment. Le développateur utilisé pour la couleur (CD-4) produit une image moins contrastée.

Par contre il est possible de traiter du film couleur avec la chimie monochrome, mais sans apparition de la couleur, puisque la couleur est produite par les coupleurs. Les sels d'argent sont réduits et deviennent visibles, mais les coupleurs ne sont pas activés. La densité résultante est généralement moindre. Il est également possible de traiter les films monochromes chromogènes (conçus pour le traitement couleur) avec la chimie monochrome.

Le développement croisé de films monochromes est tout à fait normal: c'est ainsi qu'on obtient des diapositives monochromes, puisqu'il n'existe pas vraiment de film monochrome pour diapositives. Cela est valable pour les films monochromes classiques (image produite par l'argent développé) et les films chromogènes (image produite par des pigments). On utilisera de préférence un film à grain fin et sensibilité moyenne.

Développement croisé


Film négatif traité avec le procédé E-6

Diapositive traité avec le procédé C-41

Pages qui selon Google pourraient vous interesser