Photographie » Film »  Formats amateurs

Le format 24 × 36 a toujours été vu par les professionels comme un format d'amateur. Seuls les reporters (et plus spécialement les journalistes sportifs) utilisaient ce format qui était maniable et permettait de prendre rapidement des photos (reflex). Dans les studios de photographie, on travaillait avec des moyens formats.

127

Le format 127 en rouleau permettait de faire des négatifs de taille 4 × 4cm, 4 × 6cm et 4 × 3cm (vertical). Il s'agissait d'un format amateur lancé en 1912 qui a été supplanté par les formats 126 (Instamatic) et 110 (Pocket Instamatic) plus faciles à utiliser.

Les images à droite reprennent à la base le format 135 (24×36). Seul le format 126 à une surface sensible pratiquement identique à celle du format 135 (surface sensible indiquée en mm2).

FormatSurfaceRapport
135 (24×36)
8641
126 (Instamatic)
7840.90×
240 (APS-H) large5040.58×
240 (APS-C) classique
4190.49×
110 (Pocket Instamatic)
2210.26×
Disc
880.10×
Super-8 (cinéma amateur)240.028×

135 - 24 × 36

Le format 135 (24 × 36) est décrit sur une page séparée.

126 - Instamatic

Le format 126 est décrit sur une page séparée

240 - APS

Le format APS Advanced Photo System est décrit sur une page séparée.

127

Il s'agissait d'un format en rouleaux spécifiquement destiné aux amateurs. Il s'agissait d'un des premiers formats standardisés de films en rouleau en 1912. C'était un avantage certain pour les photographes qui n'avaient pas à découper le film et à l'enrouler soi-même. Ce format a disparu après la seconde guerre mondiale avec l'apparition de films en cassettes (126 et 110).

Les négatifs avaient les dimensions suivantes: 4 × 4cm, 4 × 6cm et 4 × 3cm (vertical) selon l'appareil utilisé. Bien que la superficie du négatif soit très importante (environ le double du format 135), ce format est toujours resté un format amateur. Les moyens formats (longtemps les seuls formats dits "professionels") étaient tous plus grand que ce format.

110 - Pocket Instamatic

Le format 110 est un format qui a vu le jour en 1972 et utilise un tout petit bout de pellicule. Les photos sont généralement de qualité déplorable et ne pouvaient pas être tirées à un format plus grand que le 9×13cm. Ma mère a reçu plusieurs de ces appareils: chaque fois qu'elle prenait un abonnement pour "Le club du livre" (devenu plus tard le musiclub) ou pour une autre firme de vente par correspondance. Ma mère s'ennuyait pendant que mon père bossait dur.

Le Pocket Instamatic est une évolution à outrance du concept “You push the button, we do the rest” lancé par Kodak. Et en effet, à part le déclencheur, l'appareil n'avait qu'un levier pour faire avancer le film, et parfois un bouton soleil - couvert. Pas de mise au point, l'optique est grand-angulaire et la petite surface sensible donne une profondeur de champ suffisamment grande pour un usage ménager.

Tout comme le format 126, on n'utilise qu'une seule perforation par photo, ce qui permet un positionnement automatique lors du tirage. Encore un technicien de licencié!

Le format 110 est basé sur le film de ciméma 16mm, tout comme le format 135 est basé sur du film 35mm. D'autres appareils ont utilisé ce format de pellicule pour certains de leurs appareils, notament Rollei et Minolta.

Flashcube, Magicube et flipflash
Les formats Instamatics et Pocket Instamatic ont vu l'apparition des Flashcubes, de petits flash au magnésium avec 4 ampoules. L'avancement du film faisait tourner le flash pour la photo suivante. Le flashcube utilisait une pile pour allumer le flash (composé de fil de magnésium dans une athmosphère d'oxygène).

Le magicube qui lui ressemblait n'utilisait pas de pile, l'allumage du flash était provoqué par la détente d'un ressort qui venait frapper une capsule de fulminate de mercure.

Les flipflash étaient des plaquettes avec 8 ou 10 ampoules de flash. Il fallait retourner le flash au bout de 4 ou 5 photos (de là le nom). Toutes les ampoules étaient connectées en parallèle, et le branchement de l'ampoule suivante était réalisée par la fusion d'un métal à très bas point de fusion qui, avec la chaleur de l'ampoule qui venait de bruler, établissait un contact avec l'ampoule suivante (métal de Wood dont le point de fusion était de 70°C).

Les appareils étant tellement bas de gamme, il n'y avait pas de flash électroniques. Agfa qui fabriquait des modèles plus évolués au format 110 a fabriqué un flash électronique pour ce modèle. Le flash était plus grand que l'appareil photo.

Disc

Mais il est possible de faire encore plus mauvais que le format 110: le format disc lancé en 1982 utilise un format de 8 × 11mm. De nouvelles émulsions photographiques étaient nécessaires pour éviter un grain trop apparent. Le tirage devait se faire avec des optiques de projection spéciales (brevetées par Kodak, évidemment). De nombreuses centrales de développement ont préféré utiliser des optiques standard avec une réduction de la résolution (déjà pas fameuse à l'origine).

Les négatifs étaient si petits, que la centrale de développement devait imprimer une feuille reprenant toutes les photos du disc (photo-index) pour pouvoir retrouver par après un négatif donné pour faire des copies. De plus, le format spécial nécessitait des appareils de développement adaptés. De nombreux labos ne prennaient pas en charge le développement des disc et les rares labos qui le faisaient demandaient un supplément.

Le nombre de prises de vues par disc était limité, le développement et le tirage complexe et le disque était cher en comparaison de son concurrent le format 110. Le négatif était minuscule, il fallait une loupe pour retrouver un original si on avait perdu l'index. Ce format n'a jamais connu un grand succès et a été retiré du marché avant le 126 et le 110 qu'il était sensé remplacer.

Le format de film cinématographique amateur Super-8 avait un format d'image encore plus petit, notament 5,69 × 4,22mm. cela ne dérangeait pas trop à cause du mouvement, mais la réalisation de photos à partir de ces petites images ne donnait jamais de bons résultats.

Formats de films amateur


Les formats amateurs comparés
aux moyens formats 6×6 et 6×9


Négatif format 110 (couleurs) 13 × 17mm


APS-H en APS-C
format natif large et format classique

Pages qui selon Google pourraient vous interesser