Photographie » Fonctions » Exposition

L'exposition d'une photo est la quantité de lumière que reçoit le capteur. Les paramètres qui déterminent l'exposition sont repris de façon graphique sur l'image à droite. Ces paramètres déterminent si l'image sera trop claire, trop foncée ou exposée correctement.

Un enregistreur audio (demandez à pépé ce que c'était) dispose d'un réglage du volume d'enregistrement. Le volume doit être réglé le plus correctement possible: en effet un enregistrement à un niveau trop faible fera apparaitre un bruit de fond prononcé lors de la reproduction, tandis qu'un enregistrement trop fort (quand l'aiguille va dans le rouge) sera écrêté.

Il en va de même lors d'enregistrements photographiques, mais les capteurs modernes ont une dynamique plus étendue que les enregistreurs à cassettes. En comparaison avec les magnétophones, le photographe dispose de 4 réglages qui influencent sur le niveau d'enregistrement.

Quand une des quatres valeurs change, l'appareil doit compenser en modifiant une autre valeur. La modification d'une valeur peut être naturelle (modification de l'indice de lumination) ou causée par l'opérateur, par exemple en modifiant la position du zoom. La plupart des optiques sont moins lumineuses en position télé (ouverture plus petite), de plus il faut un temps de pose plus court pour éviter le bougé. En mode auto-ISO, l'appareil va augmenter le gain.

Pour déterminer l'exposition correcte, l'appareil photo doit mesurer l'indice de lumination de la scène photographiée. Cette mesure diffère pour les appareils compacts et reflex.

Les appareils compacts utilisent leur capteur principal pour la mesure de l'exposition. Cela a comme avantage que la mesure est la plus correcte possible et correspond le mieux à la plage de sensibilité du capteur. Le capteur principal est mis à toutes les sauces: il sert également à la mise au point (par détection de contraste de l'image) et à prendre la photo finale.

Les reflex ont un système beaucoup plus compliqué. Comme le capteur principal est hors fonction (la lumière est déviée vers l'oculaire) il faut un capteur supplémentaire qui va mesurer la lumière. Ce capteur se trouve près de l'oculaire et mesure la lumière qui tombe sur le verre dépoli. C'est le capteur 4 sur le schéma.

Les anciens reflex argentiques avaient un second capteur utilisé pendant la photographie au flash, qui mesurait la lumière reflétée par le film lors de l'exposition (mesure TTL). En effet, pendant la prise de vue le miroir est relevé et le capteur d'exposition ne reçoit plus de lumière. Les reflex actuels font une mesure avec un pré-flash d'exposition (miroir rabattu) avant de prendre la photo (e-TTL)

Avant l'apparition d'appareils automatiques qui font la mesure de l'exposition avec le diaphragme ouvert au maximum et puis réduisent si nécessaire le diaphragme, il fallait modifier soi-même la valeur du diaphragme et effectuer une mesure de l'exposition (stop down metering). Cela est toujours le cas quand par exemple on utilise une optique manuelle sur un reflex (par exemple optique à monture M42 sur reflex Canon)

Modes de mesure et
modes de fonctionnement

Les modes de mesure (metering modes: spot, matrix,...) permettent d'indiquer à l'appareil photo comment effectuer la mesure de l'illumination: par exemple utiliser toute l'image ou seulement le centre.

Les modes de fonctionnement (camera modes: PASM) indiquent à l'appareil quels paramètres modifier en priorité: ouverture, temps de pose ou sensibilité.

Petit exemple pratique: comment régler aisément l'exposition pour une série de photos quand les conditions peuvent légèrement changer d'une photo à l'autre, mais que vous voulez avoir le controle sur les réglages pour obtenir un résultat consistant d'une photo à l'autre.

Réglages créatifs:
sur- et sous exposition

Si l'appareil photo va tenter de reproduire la scène le plus correctement possible, il est parfois interessant de corriger soi-même l'exposition en sous- ou sur-exposant.

Le temps de pose

Les photographes savent que pour éviter le flou de bougé, il faut utiliser un temps de pose suffisamment court. Certains appareils ont un mode "sport" où le temps de pose est fortement réduit (souvent avec apparition de bruit dans l'image, parce que le gain a dû être augmenté).

Mais un temps de pose trop court n'est pas toujours bon: il fige l'action, mais on perd l'effet de vitesse. Photographier une course (moto, vélo) avec un temps de pose trop court est une faute de débutant. Quel temps de pose utiliser pour une compétition de motos ?

Expose for highlights,
process for shadows

Il n'est pas toujours possible d'exposer correctement une photo malgré la mesure de l'exposition qui est très complexe et tient compte de nombreux paramètres. La latitude de pose d'un appareil photo (la dynamique) est limitée. Des parties d'image risquent d'être sur-exposées ou sous-exposées si la scène est fortement contrastée. Les parties sur-exposées sont généralement irrécupérables: il s'agit d'un dépassement de capacité (overflow) et l'image ne contient que du blanc à cet endroit (il est pafois possible d'aller récupérer des détails via les canaux de couleur lors du traitement sur ordinateur). Les parties sous-exposées (ombres bouchées) sont souvent noyées dans le bruit de fond, mais peuvent être récupérées.

C'est pour cela que la plupart des appareils fonctionnant en mode automatique exposent pour les hautes lumières, quitte à retoucher les images par après (Expose for highlights, process for shadows). C'est le contraire des émulsions photographiques, qui grâce à leur courbe de sensibilité logaritmique résistent mieux aux fortes lumières.

Exposition


L'exposition représentée graphiquement

  1. Indication de l'ouverture de l'optique (se voit dans l'oculaire)
  2. Objectif et rayon lumineux
  3. Verre dépoli
  4. Cellule photo-électrique principale
  5. Miroir amovible
  6. Cellule photo-électrique pour la photographie au flash

Pages qui selon Google pourraient vous interesser