Photographie » Technique » Historique » Zone System

Le Zone System a été développé pour tenir compte des limites de la photographie, et en particulier de la latitude de pose limitée: il n'est pas possible d'enregistrer tous les détails dans les parties claires et sombres. Actuellement, les APN ont toujours une latitude de pose limitée, donc le système n'a pas perdu de son importance.

Le Zone System original

Ansel Adams emploie une échelle de 1 à 9 pour indiquer la luminosité d'une scène, et donc la noirceur d'un négatif (densité) et finalement le ton de l'épreuve.

  Les parties les plus foncées sont au niveau zéro. Ce niveau n'est pas utilisé en pratique: les réflections internes dans l'appareil photo font que la plaque sensible reçoit toujours un peu de lumière. Les parties en zone zéro ne sont pas discernables des partie du film qui n'ont pas été exposées (cache). Un négatif qui contient des parties en zone zéro est sous-exposé car cette zone ne contient aucune information. Les zones sont indiquées par des chiffres romains, et le zéro n'existe pas.
I C'est le niveau de base en pratique. Sur le négatif (qui a une latitude de pose plus étendue qu'un tirage) on voit la différence avec les parties non-exposées. Sur le tirage, cela correspond au noir absolu.
II Parties sombres d'une image. Sur le tirage on voit des structures (on voit la différence avec la zone I), mais pas de détails.
III Parties ombragées. On voit bien les détails sur le tirage photo.
IV Zone recommandée pour la peau blanche à l'ombre.
V Gris moyen qui correspond à une carte grise 18%.
VI Zone recommandée pour une peau blanche au soleil.
VII Parties claires d'une image qui doivent encore avoir des détails: peau très claire, sable, nuages.
VIII Parties très claires qui n'ont plus de détails, par exemple la neige.
IX Sources lumineuses. On ne voit que du blanc sur le tirage.

Contrôle de l'écran de ton ordinateur: s'il n'est pas possible de discerner la différence entre les zones zéro et I, ou VIII et IX, il est nécessaire de régler ton écran. Utilise pour cela la page de calibrage.

Chaque zone correspond environ a un doublement de l'intensité lumineuse, donc à un "stop" lors de l'exposition.

Visualisation

Le système de Ansel Adams est basé sur la pré-visualisation du tirage final, avant de déchencher. Le photographe doit déterminer quelle éléments doivent être placés dans les différentes zones: un chemin à l'ombre en zone III, un champ en zone V, le mur blanc d'une maison en zone VII (VIII si le soleil frappe le mur), etc.

Notons qu'Ansel Adams n'utilise que le terme d'une peau blanche. Les nègres n'étaient pas photographiés. Ils font uniquement partie du décor (zone III).

Ce sont les zones sombres qui sont importantes sur le négatif, c'est la zone critique du négatif où il "fonctionne" le moins bien (coude).

Il faut donc placer correctement les zones sombres (par exexple un chemin ombragé) et s'arranger pour le reste. Notre chemin ombragé doit donc se situer en zone III. Nous faisons une mesure spot avec un posemètre. Le posemètre va nous proposer une valeur, par exemple ƒ/4 à 1/125. Le posemètre va vouloir placer le chemin ombragé en zone V, donc bien trop clair. Il nous faut sous-exposer de deux diaphragmes, donc ƒ/8 à 1/125 au ƒ/4 à 1/500 ou encore ƒ/5.6 à 1/250. Nous controlons que les champs se trouvent en zone V (c'est la partie importante de l'image) et le mur blanc de la ferme devrait se trouver en zone VII ou VIII. C'est tout!

Et si maintenant l'image a peu de contraste? Il n'y a pas de soleil, le mur blanc est gris (ou l'inverse: il y a encore de la neige et le contraste est extrème). Nous exposons toujours pour avoirs les ombres exposées correctement, mais allons compenser au développement. Nous allons laisser la plaque plus longtemps dans le bain de développement ou secouons plus souvent. Normalement, le bain est secoué toutes les 30 secondes pendant 5 secondes. Si on secoue toutes les 10 ou 15 secondes, l'image aura un contraste plus important: en effet, lors du développement, les produits chimiques épuisés restent autour des zones fortement exposées, ce qui réduit le développement ultérieur et diminue le contraste local. En secouant plus souvent, on ammène du réactif neuf et le contraste est plus important. Le développement n'a que peu d'influence sur les parties sombres: augmenter le temps de développement ou secouer plus souvent ne fera pas ressortir les parties sous-exposées (transparantes sur le négatif), tout au plus, il produira un voile si le temps de développement est vraiment trop long.

C'est d'ici que vient l'expression: “Expose for shadows, process for highlights”: exposez pour les parties sombres, traitez pour les hautes lumières.

Evolution

Il y a belle lurette que les plaques sensibles ne sont plus utilisées. On utilise des films qui sont traités en une fois (développement amateur). Il est toujours possible d'aumenter le contraste en secouant le bac plus souvent et d'augmenter la sensibilité du film en développant plus longtemps. Les centrales de développement ont un cycle identique pour tous les films, qui sont collées les uns aux autres et séjournent un temps fixe dans chaque bain (traitement à la chaine). La chimie moderne permet même un développement avec des produits identiques pour tous les films, couleur ou noir et blanc. Plus d'information sur le développement.

Le film négatif a l'avantage d'une latitude de pose importante: un film peut être sous-exposé d'un diaphragme sans que les détails dans les parties sombres aient trop à en souffrir et d'un autre coté accepte une sur-exposition de deux stops sans perdre les détails dans les hautes lumières, même en cas de développement industriel. Ce qu'il n'est plus possible de faire en développant individuellement les plaques, on peut encore le faire lors du tirage.

Le papier sensible pour les tirages est disponible en différentes gradations de contraste ("grades"). On utilisera un papier de grade 1 pour les négatifs bien contrastés, tandis qu'un négatif peu contrasté demandera un papier de grade 3. Il existait même des papiers spéciaux de grade 5 utilisé pour des techniques particulières (unsharp mask ou masque flou). Maintenant le papier, c'est comme l'huile-moteur: il n'existe plus qu'en une variété: multigrade (on utilise un filtre de couleur pour sélectionner le contraste).

L'expression "Expose for shadows, process for highlights" reste d'application: le film doit recevoir une exposition minimale pour être activé, tandis que les parties claires peuvent être corrigées lors du tirage.

Les films diapo fonctionnent inversément. Le développement inverse fait que les hautes lumières risquent de ne pas laisser de traces sur la pellicule: le film est transparant à cet endroit. Si on tient compte du fait qu'un film doit recevoir une exposition minimale, on se rend compte qu'un film diapositif est plus contraignant en ce qui concerne la dynamique admissible. Pour extraire toutes les nuances d'une scène fortement contrastée, un photographe utilisera de préférence un film négatif.

La photographie numérique

Les capteurs modernes sont très sensibles au dépassement de capacité (même plus que les films diapo). On utilisera donc la formulation inversée: “Expose for highlights, process for shadows”. Il faut éviter la sur-exposition, tandis qu'on essaiera de récupérer les ombres lors de la retouche sur ordinateur. Cela est possible si on enregistre les photos au format raw (digital negative) au lieu du format JPEG qui a moins de niveaux individuels.

Le système d'Ansel Adams peut toujours être appliqué lors de la photographie numérique. Lors de la portraiture, on placera le visage en zone VI. En pratique:

Pour pouvoir travailler selon le Zone System, l'appareil photo doit pouvoir effectuer une mesure spot (environ 3 à 5% au centre de l'image) et doit pouvoir sur- ou sous-exposer.

Zone System

Ansel Adams

Le Zone System a été développé en 1941 et était destiné à l'origine aux photographes qui utilisaient des plaques. Les plaques photographiques peuvent être développées individuellement, contrairement aux films qui sont traités en leur entièreté. Ansel Adams est en fait arrivé un peu tard avec son système, car le film en rouleaux (bien plus pratique) était en train de remplacer les plaques individuelles.

Notez que le développement individuel des négatifs existe toujours pour les grands formats. On travaille ici avec des feuillets individuels.

Quel est le problème?

Si on parle de solution (le Zone System), c'est qu'il y a un problème. Mais quel problème?

Le but de la photographie est de reproduire la réalité. A cette époque les émulsions étaient surtout monochromes, bien que des émulsions couleur existaient déjà. Un de problèmes des photographes est de rendre correctement une scène, sans qu'une partie de l'image soit sur-exposée et/ou sous-exposée. Une image fort contrastée peut dépasser les limites d'une émulsion, tandis qu'un paysage est parfois rendu trop terne.

Ansel Adams a développé un système qui tient compte de tous les paramètres: exposition, développement du négatif et tirage de la photo. Il est possible de jouer sur les paramètres lors de ces trois phases.

Avant la publication du Zone System, chaque photographe utilisait sa propre méthode, basée sur l'expérience personelle, car il n'existait pas encore de précurseurs à ce moment.


Une photo de ma jeunesse,
avec l'indication des zones.

Quelle chance qu'Adams ne parle pas
de la composition d'une image!


Le film est développé en une fois.
Le film est enroulé sur la spire dans le noir absolu et placé dans le bac de développement.

Les centrales de développement collent les films les uns à la suite des autres et tout passe au bain pendant un temps identique.

La correction individuelle de chaque cliché s'effectue au tirage.

Un capteur moderne a environ la même latitude de pose que les zones du système d'Ansel Adams.

Comme chaque zone d'Ansel Adams correspond à un doublement de l'intensité lumineuse (et correspond donc à un stop), on peut utiliser le posemètre incorporé pour déterminer l'exposition de chaque élément de la scène. Balance ce gsm, et achète-toi un vrai appareil photo!

Pages qui selon Google pourraient vous interesser