Belgium Model Academy | Model Info | Een eigen server | Zeepreventorium | Root

Marc Doigny


“Photography is a marvelous discovery,
a science that has attracted the greatest intellects,
an art that excites the most astute minds
-- and one that can be practiced by any imbecile.”
—Nadar

Aan alle fotografen die modellen proberen te paaien door lovende commentaren te geven op badkamerspiegelfotos-met-flits:

FUCK YOU

Daardoor verlaag je je tot een banale tettentrekker. D'er kruipen al genoeg soortgelijke glibberige exemplaren op facebook, u bent één uit de miljoenen die het peil van de fotografie naar beneden halen.



A tous les photographes qui donnent des appréciations positives sur les photos-floues-avec-flash-de-ma-salle-de-bain pour attirer les modèles:

ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE

(et encore je suis poli)

Vous faites partie de la myriade de photographes à la con qui abaissent le niveau (déjà pas fameux) de facebook.
Que vous vous rabaissiez au niveau d'un photographe à la noix, je m'en fous, cela vous va bien.
Mais avec cela vous nivellez le niveau de tous les photographes expérimentés!


© Marc Doigny 2004 - 2016
Index

Wonderen bestaan niet, ook niet in de fotografie. Fotografie, dat moet je eerst en vooral leren. In 2004 toen ik zin had om modellenfotografie te doen heb ik een beroepsfotograaf betaald om mij les te geven.

Zelfs nu leer ik nog altijd, dat geef ik eerlijk toe. Zelfs van een fotograaf wiens foto's aartslelijk zijn, foto's die nooit door een modellenburau aanvaard zullen worden, en met een ego nog vele malen groter dan het logo dat hij op zijn foto's plakt.

Fotografie, da's werken met licht. Relief creëren in een tweedimensionale materie. Een symmetrische foto of een dynamische foto. Beeldcompositie. Uitsnede. Expressie. Krachtlijnen. Kleurenpalet (waarom is groen zo'n slecht idee in de fotografie?). Wat modellenfotografie daarbij bijzonder maakt is de interaktie met het model.

Iedereen kan zich een digitaal fototoestel permitteren, dikke lens, een zoom van hier tot ginder, 3000 euro, een dikke voiture en een nog dikkere nek. De situatie is nu schrijnend, en iedereen werkt daar aan mee. Het is voldoende dat een model een foto post (bijvoorbeeld op modellennet of op facebook) en alle fotografen beginnen te "mauwfrotten". Wauw! Jij hebt potentieel! Prachtige foto! Terwijl het één van de zovele badkamerspiegelgsmfoto's is. Zo werk je mee aan de vervlakking. Mensen denken direct dat ze het hebben (zowel modellen die lovende, verkeerde commentaren krijgen als fotografen die een duur machien gekocht hebben).

Ik werk nu vaak met een onopvallende 50mm prime lens. Geen zoom, wel de beste lens die er bestaat. Ik heb gemerkt dat ik nu betere foto's neem. Henry Cartier-Bresson werkte ook met een gelijkaardig fototoestel. Maar ik heb ook zo'n "kanjer van een lens". Die gebruik ik voor motorsport, want daarvoor is die lens gemaakt. Niet om andere fotografen de kop in te slaan of om chicks te imponeren.

Fotografie is een mannenwereld, nog meer dan voetbal. Wat mij daar stoort is de extreme competitiviteit tussen de fotografen. Er wordt kritiek gegeven met de bedoeling een concurrent-fotograaf de grond in te boren. En anderzijds worden er lovende woorden gesproken over de meest afgrijselijke webcamfoto's gewoon om een model te strikken voordat de concurrentie ermee gaat lopen.

Maar zelfs als de kritiek opbouwend bedoeld is, dan aanvaarden de fotografen dat niet. Ze zien dat als een persoonlijke aanval dat ze moeten counteren door op de man te spelen. Je hoort dan van die opmerkingen dat die overstraalde foto als "kunst" gezien moet worden, en dat je beter je bakkes zou houden want "je leeft nog in het filmtijdperk". Ik had dan willen antwoorden dat die overstraling ontstaat door de verkeerde lenskeuze (met een supermegazoom kan je niet met tegenlicht werken).

Maar ook modellen werken aan die negatieve sfeer. Modellen die niet afkomen, terwijl we extra vervoer voorzien hadden (de modellen zullen de diesel niet betalen, o nee!) Modellen die ons de dag zelf bellen omdat ze geen vervoer hebben. Modellen die ons de dag zelf smssen "bel mij op". Modellen die ziek worden of hun 35ste grootmoeder moeten begraven. Trams die te vroeg langsrijden (hé Kane).

Een bericht dat ik ooit op een forum geplaatst heb, maar die jaren later nog aktueler geworden is...

Les miracles n'existent pas, et cela est aussi valable en photographie. La photographie, c'est une passion, mais c'est aussi un métier. Quand j'ai commencé en 2004 avec la photographie de modèles, j'ai payé un photographe professionnel (d'agence) pour qu'il me donne des leçons.

J'apprends toujours, même maintenant. Même d'un photographe qui fait des photos affreuses et qui sur les milles photos ratées a une photo par hasard réussie.

La photographie, c'est jouer avec la lumière, créer du relief dans un univers en deux dimensions. Une photo symmétrique ou asymmétrique. L'expression du visage, le dynamisme de la composition, l'usage à bon escient des couleurs. Ce qui rend la portraiture si spéciale c'est que nous travaillons avec des modèles, à chaque fois différents.

Tout le monde peut s'acheter un apapreil photo, une optique à 3000€, un zoom qui te permet de voir la face cachée de la lune. Une grosse bagnole qui va avec, et un égo plus grand que le logo que tu places au milieu de chaque photo.

Dès qu'un modèle place une photo sur le net le cirque peut commencer: "Fantastique! Tu as du talent! Incroyable!". Alors qu'il s'agit d'une photo prise avec flash dans le miroir de la salle de bain. C'est l'abrutissement des masses quand un modèle croit qu'il a assez avec quelques photos webcam pour se présenter en agence.

Je travaille de plus en plus avec une optique de 50mm. Sans zoom, c'est une optique qui ne se remarque pas. Sauf des experts, car c'est une des meilleures optiques qui existent. J'ai remarqué que je prend des meilleures photos quand je me concentre sur la photo, et non sur la technique. Henry Cartier-Bresson utilisait une optique similaire. Mais j'ai aussi une optique super-méga, mais je ne l'utilise que pour des reportages sportifs, car c'est pour cela qu'elle a été faite.

La photographie est un monde masculin, encore plus que le foot. Il y a une compétitivité malsaine entre photographes, qui est en fait de l'agressivité mal dissimulée. On critique un autre photographe en utilisant les mots les plus négatifs possible, tandis qu'on encense les photos webcam d'un modèle, pour pouvoir travailler avec elle (ou lui) avant la concurrence.

Même si la critique est constructive, les photographes ne l'acceptent pas. Ils voient la critique comme une aggression personnelle. Une photo mal exposée? Non, monsieur, c'est de l'art! Une photo floue? Non, imbécile, c'est une recherche esthétique!

J'entens souvent: "Et tu ferias mieux de te taire, car tu vis encore au temps du film noir et blanc". Mais à cette époque au moins, on savait exposer manuellement une photo et mettre au point avec un télémètre à champ coupé. Eh oui, il n'y avait aucun automatisme à cette époque. Et en moyen format, tu avais 9 photos sur un rouleau! Pousser sur le bouton se faisait après mûre réflection et prévisualisation. Et pas de feed-back immédiat: il fallait développer soi même ses négatifs...

Il y a une ambiance négative qui entoure le monde du mannequinât dès que tu grattes la couche de vernis. Des modèles qui ne se présentent pas pour un shooting d'entreprise. Des trams qui passent en avance, des bus qui tombent sans mazout, des grands-parents qui meurent dix fois par mois.

U message que j'ai placé il y a quelqes années sur un forum, mais qui est toujours d'actualité...

Pages qui selon Google pourraient vous interesser